Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2010

"Avril rouge" de Santiago Roncagliolo

Coup de cœur !

Santiago Roncagliolo, jeune auteur péruvien né en 1975, est scénariste pour la télévision et le cinéma ainsi que traducteur et romancier. "Avril rouge" a obtenu le prix Alfaguara en 2006.

avril rouge.jpegPérou, Printemps 2000.

Au centre du roman, le conflit sanguinaire entre le Sentier Lumineux et l'armée péruvienne. En toile de fond la réélection du président "el chino"[1] (Alberto Fujimori).

Le personnage principal : Félix Chacaltana Saldívar tout jeune substitut du procureur dans la ville péruvienne d'Ayacucho. Fonctionnaire tranquille et solitaire, il se voit confier l'enquête sur la mort d'un homme sauvagement assassiné dont le cadavre a été retrouvé calciné et dépecé.

Homme profondément honnête, timide, traditionnel et naïf, Chacaltana mènera son enquête envers et contre tout. Sa force tient à son inconscience du danger et à son irrésistible conscience du devoir.

Ce que j’ai vraiment aimé dans ce livre c’est l’image de cet anti-héros au milieu de la jungle et des manipulations d’une violence extrême (spirale du terrorisme et contre-terrorisme). Cela permet à Roncagliolo de garder une légèreté de ton et beaucoup d’humour malgré le récit des traumatismes individuels et collectifs liés à cette guerre civile sans merci.



[1] Le 7 avril 2009, au terme d’un procès-fleuve – cent soixante et une audiences en seize mois –, la justice péruvienne a reconnu l’ancien président Alberto Fujimori, 70 ans, coupable de violations des droits de l’homme et l’a condamné à vingt-cinq ans de prison.

Les faits reprochés à « El Chino » – il doit ce surnom à ses origines japonaises – remontent aux années 1990-2000, durant lesquelles il a dirigé le Pérou. Il s’agit essentiellement de l’exécution, en novembre 1991, de quinze civils par les services secrets, à Barrios Altos, un quartier de Lima, la capitale. Et du massacre, en juillet 1992, de neuf étudiants et d’un professeur sur le campus de l’université La Cantuta. À l’époque, le gouvernement péruvien livrait une guerre acharnée aux groupes maoïstes du Sentier lumineux et aux guévaristes du mouvement révolutionnaire Túpac Amaru.

 

Les commentaires sont fermés.