Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2010

En finir avec la pauvreté : Une utopie ?


Hier soir projection à Cucuron du film : « La fin de la pauvreté ? » et débat avec Philippe Diaz.

 

Attention, démarche originale !

 

Faire du cinéma une arme de combat. Créer aux Etat-Unis une société de production indépendante   Libre cinéma studio destinée à promouvoir 'des films qui peuvent changer les choses'.

Cela ne paraît pas évident.  C’est pourtant ce qu’a fait Philippe Diaz, philosophe de formation, cinéphile et militant alter-mondialiste.

 

Voyez plutôt :

En 1999, il signe 'Nouvel ordre mondial, quelque part en Afrique', premier long métrage documentaire qui confronte famine et troubles politiques en Sierra Leone.

En 2006 il récidive avec 'The Empire in Africa', coproduit par l'ONG Action contre la faim et de nouveau centré sur la guerre civile en Sierra Leone'

Il revient aujourd'hui avec 'La Fin de la pauvreté'.

 

21280.jpg« A partir d’une question simple - “avec tant de richesses dans le monde, pourquoi y a-t-il encore tant de pauvreté ?” -, il dresse un réquisitoire percutant contre le neo-libéralisme . A la fois didactique et corrosif, le film déploie un argumentaire solide, essentiellement fondé sur une collecte rigoureuse de l’information. Historiens, économistes, professeurs et autres “tueurs économiques” repentis se succèdent et font écho aux témoignages de victimes de la pauvreté. En seulement trois chapitres - origines, conséquences et solutions au déséquilibre économique Nord/Sud - il dresse un raisonnement aussi original que convaincant. Selon la thèse de l’économiste Jeffrey David Sachs, à laquelle le film doit son titre, “le capitalisme ne peut fonctionner sans pauvreté”.  Si Philippe Diaz condamne en premier lieu l’esclavagisme et le colonialisme, responsables de l’asphyxie économique des pays en développement, il tire à boulets rouges sur ses acteurs contemporains, Fonds monétaire international et Banque mondiale en tête. Politiquement très incorrect, il déterre coups d’Etats géostratégiques et fustige logiques de privatisation exacerbées. Au même titre que ‘We Feed the World[1]’ en 2005, ‘La Fin de la pauvreté ?’ incite par exemple à repenser les ressources naturelles telles que l’eau en biens communs et non en produits marchands. A contre-courant du néolibéralisme actuel, Philippe Diaz invite chacun à faire marche arrière, plaidant la décroissance comme seule issue de secours. Un documentaire frontal, honnête et lucide, un puissant contre-pouvoir citoyen. »

 

Si le constat est bien étayé en ce qui concerne L’Afrique et l’Amérique de Sud on reste un peu sur sa faim concernant le mode de développement de l’Inde et surtout sur celui de la Chine.

 

Le documentaire conclut sur l’impossibilité d’en finir avec la pauvreté sans passer par la décroissance des pays riches dont l’emprunte écologique est démesurée et donc le modèle non généralisable.

 

Il faut donc saluer ce réquisitoire salutaire et le diffuser le plus possible comme élément de prise de conscience de l’absurdité du système économique qui met en coupe réglée notre planète.

 

On attend maintenant le prochain épisode qui pourrait aborder la question suivante : comment s’opposer efficacement au néolibéralisme et l’idéologie répandue par ses armées d’experts et d’économistes,  thuriféraires de tous poils qui ne croient que dans la religion de la croissance.  Et surtout comment mettre au pas le capitalisme financier et ses fameux marchés, qui spéculent sur tout et de plus en plus sur la pauvreté.

 

 

 

La fin de la pauvreté ?

Documentaire écrit et réalisé par Philippe Diaz

Avec la voix de:
Charles Berling (version française)
Martin Sheen (version internationale)

Participants : SUSAN GEORGE Présidente d’Honneur de ATTAC France ; Présidente du Conseil du Transnational Institute
JOHN PERKINS Auteur du best-seller « Confessions d’un tueur à gages économique »
AMARTYA SEN Prix Nobel d’Économie (1998)
JOSEPH STIGLITZ Prix Nobel d’Économie (2001) et ancien économiste en chef de la Banque Mondiale
ERIC TOUSSAINT Président du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde….

 

http://www.cinemalibrestudio.com/company.html



[1] We Feed the World - le marché de la faim, de Erwin Wagenhofer (2005)

Commentaires

ça donne envie!

Écrit par : Raf | 31/05/2010

Les commentaires sont fermés.