Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2010

Construire un mur en pierres sèches

Dans le fond de notre jardin, au Marais Salé (l'île d'Yeu), il y avait un no mans land constitué d'une butte en pierres provenant probablement d'un ancien mur en pierres sèches, de quatre énormes souches de cupressus que j'avais abattus il y a cinq ou six ans et d'un chaos d'une dizaine de lauriers et d'ormeaux plusieurs fois coupés et répoussés.

 

Voilà en gros à quoi cela ressemblait :

CIMG5261.JPGCIMG5263.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Impossible bien sûr d'entretenir cette jungle où prospéraient les ronces et les rejets d'ormeaux et de lauriers.

En septembre dernier, j'ai abattu les lauriers et les ormeaux. J'avais l'intention de brûler les souches, notamment les ouches de cupressus. J'ai cherché longtemps le produit miracle. Cet hiver, je pensais l'avoir touvé : Elimin'souches acheté chez Shopix.

elimin_souches.jpg

Descriptif

Elimin'souches

Destructeur de souches
très efficace. Il active aussi la décomposition des végétaux.

Vous appliquez, vous faites brûler et vous oubliez…

Informations techniques

Elimin'souches

Mode d'emploi :
- creuser dans la surface de la souche environ 4 à 7 trous.
- creuser également des trous de 8 cm de profondeur latéralement tout au tour du tronc de façon oblique en faisant un angle de 30° vers le bas.
- mélanger ensuite la poudre avec un peu d'eau et verser celle-ci dans les trous.
- quand l'eau s'évapore, verser du pétrole dans les trous et y mettre le feu
En suivant ce procédé, la souche se retrouve alors réduite en cendres.

Contient du nitrate de soude.
Poids : 250 g

 

CIMG5266.JPG

Grosse déception pour ne pas dire arnaque complète : après avoir perçé de nombreux trous dans les souches (pas si simple !) et versé le produit miracle + une quantité non négligeable de pétrole, les souches de cupressus n'ont brûlé que très superficiellement. Impossible donc de les éliminer par combustion.

Plusieurs autres interventions de "spécialistes" se sont révélées tout aussi inéfiicaces :

- construire un four en pierre et tenter pendant plusieurs jours de "rôtir" les souches (merci Fred, Raf, Seb et Thomas)

- verser du lait pour accélérer le pourrissement des souches (merci Jacques pour cette recette de nos grand'mères, mais qui n'a pas donné plus de succès, du fait sans doute du fait de mon incroyance massive).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En désespoir de cause, je me suis adressé à un spécialiste du désouchage, qui en deux jours, à l'aide d'une mini-pelle m'a débarrassé des maudites souches et dégagé le restant des pierres de la butte.

 

 

J'ai donc pu reprendre la contruction du mur. J'ai pris exemple sur un mur bornant le jardin côté Sud.

CIMG6437.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Constuire un mur de pierres sèches, c'est d'abord transporter des pierres, beaucoup de pierres, les trier, les ranger, puis les placer astucieusement afin qu'elles s'empilent en équilibre stable. Il faut bien sur au préalabale avoir creusé des fondations.

 

CIMG5256.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dimensions du mur :
- longueur du mur : 15 m
- fondations : 15 à 20 cm
- épaisseur du mur : 50 cm
- hauteur du mur sans chaoeau : 50 cm
- hauteur du mur avec chapeau :80 cm à 1m

 

Et voici le résultat :

 

CIMG6459.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6454.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6445.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6446.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6426.JPG

21/08/2010

Le tour de l'île d'Yeu en Catamaran en solo

 

Hier le vent se prêtait bien à un tour de l'île. L'île étant orientée Nord-Ouest Sud-Est, les meilleurs vents pour le tour de l'île sont soit Sud-Ouest, soit Nord-Est.

 

42563363_p.jpg

 

Donc un petit vent de Ouest-Sud-Ouest, force 2+ m'incite à tenter l'aventure. Dans quel sens ? Etant donné le vent et les courants, j'ai préféré le sens des aiguilles d'une montre, (portant jusqu'au Corbeau, un grand bord au près puis au travers sur la côte sauvage, passage de la pointe du But au portant, puis grand largue et travers depuis les Grands Champs jusqu'au Marais Salé).


 

Départ : Le Marais Salé, il est 15 h 30. Je pars en solo, avec un appareil photo et une ligne de traine ...

 

CIMG6167.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit vent, ciel nuageux

CIMG6169.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On passe devant les cabanes de pêcheurs du Marais Salé.

CIMG6174.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On longe les Conches et les bouées de l'élevage de moules

CIMG6180.JPGCIMG6189.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On aperçoit bientôt la balise des Corbeaux

CIMG6201.JPGCIMG6204.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

que je passe à 15 h 47, ainsi que la pointe de l'île le phare et le port des Corbeaux

CIMG6205.JPGCIMG6207.JPG

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6211.JPGCIMG6210.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici la côte sauvage, que je commence à longer au près sérré

CIMG6213.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite pose pour remonter un maquereau

CIMG6216.JPG


 

 

 

 

 

On passe les plages de Vieilles et des Sauts puis la pointe de la Tranche, il est 16 h 47

 

CIMG6221.JPG

CIMG6220.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6226.JPGCIMG6231.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On aperçoit bientôt la chapelle de La Meule et puis l'entrée du port

CIMG6234.JPGCIMG6241.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochaine étape : la pointe du Chatelet. Le vent est un peu mou et un petit clapot me font un peu trainer. Mais voici quand même le vieux chateau et la plage des Sabias ainsi que quelques magnifiques falaises.

CIMG6264.JPGCIMG6269.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6265.JPGCIMG6266.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je passe la pointe du Chatelet à 17 h 13 et voici au loin la balise des Chiens Perrins

CIMG6280.JPGCIMG6303.JPG



 


 

 

 

Sue la droite le Grand Phare et bientôt, la construction bizarre de la pointe du but

CIMG6299.JPGCIMG6309.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage de la bouée Ouest à 17 h 40

CIMG6319.JPGCIMG6330.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage entre les Grands et les Petits Champs : surprise un vieux gréments apparaît à l'horizon. Vite rattrapé, c'est le Belote et Ré des Sables d'Olonne. Magifique grément !

CIMG6338.JPGCIMG6346.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6352.JPGCIMG6356.JPGCIMG6358.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On accélère et voici bientôt Port Joinville qu'on passe à 18 h 05, et nouvelle surprise : le Belem est mouillé devant le Port

CIMG6371.JPG

CIMG6382.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 


CIMG6384.JPGCIMG6391.JPG


 

 

 

 

 

 

retour rapide verxs la Marais Salé, en laissant ç gauche la Sablaire et à droite l'école de voile et la plage des Sapins

CIMG6387.JPGCIMG6393.JPGCIMG6402.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée au Marais salé à 18 h 30, 3 heures pour boucler le tour par force 2, c'est quand même rapide un cata !

CIMG6408.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6410.JPG

11/08/2010

Halte au travail des enfants !

CIMG6145.JPGLe travail des enfants en dessous de 2 ans devrait être strictement interdit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6151.JPG

19:04 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (0)

05/08/2010

Mon catamaran : le KL 17 Power

Bon, vous l’aviez sans doute compris, je suis parti en vacances, et mon Blog aussi. En fait je suis à l’île d’Yeu pour les trois mois d’été …


Trop occupé par mes passions telles que la voile, divers autres sports nautiques et par les aspects pratiques de la dure vie d’insulaire et de l’entretien d’une grande maison..


Mais, sur la suggestion de raf, je vais ouvrir quelques nouvelles rubriques plus en ligne avec mes activités d’été : « Le coin brico », « Voile », « Objets de vacances insolites »



IMG_7247.JPGUn de mes passe-temps favori, l’été, c’est le catamaran. C’est un bon compromis entre les plaisirs de la voile et de la glisse. La planche, c’est bien, surtout quand on est dans les foot-straps, mais c’est assez technique et plutôt physique quand on sort par 15 à 25 nœuds de vent.


Surtout à l’île d’Yeu, où on est quand même en mer à 18 km de la côte de St Jean de Monts. De plus, sur la côte Nord-Est, il y a un courant de Nord Ouest de près de 2 nœuds en direction de la pointe des Corbeaux. Comme le vent dominant en été est aussi de Nord Ouest, on galère souvent à tenter de se maintenir au niveau de la plage du Marais Salé.


IMG_7384.JPGLe cata permet plus de liberté, c’est peut-être la même différence qu’entre le delta et le parapente. Faire le tour de l’île d’Yeu en cata, c’est un vrai plaisir, alors qu’en planche cela relève de l’exploit.


Donc après une quinzaine d’années de planche, j’ai acheté un KL 17 d’occasion sur l’île.


Qui est à l’origine du KL 17 ?

Surnommé "Monsieur Catamaran", médaillé d'or aux J.O de Barcelone en 1992, Yves Loday est un architecte prolifique et innovateur. Son palmares comme architecte est aussi éloquent que ses victoires en compétition.

Depuis 1996, il a créé de nombreux catamarans et dériveurs dont le KL17, le KL 15.5 (classe nationale pour les jeunes), le Hawk F18, le Dart 16, le Laser eps, la Goélette Mercator, leFunboat et une vingtaine d'autres modèles.


IMG_7249.JPGMais bien sûr, le KL 17 est une série limitée, je dirais même confidentielle et les problèmes de maintenance et de pièce détachée s’avèrent ardus, surtout sur une petite île comme l’île d’Yeu.


Deux solutions : Internet pour la recherche de pièces détachées et le bricolage maison lorsque la pièce n’existe plus.


Depuis l’acquisition, voici les principales interventions que j’ai du faire :

Le trampoline

Les haubans

La grand voile

Le foc

Les coques