Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2011

La pomme, Steve JOBS et Alan TURING

steve jobs,apple,alan turing

La pomme à demi croquée, tout le monde connait, les pubs déjantées d'Apple, ... Symbole de jeunesse, de vitalité, créativité, musique, dance, mais au delà de cette image d'où vient donc cette pomme ? Quel en est le symbole et la signification ?

De quoi la pomme est elle le nom ?

 

 

 

 

steve jobs,apple,alan turing

 

 

 

 


 

 

 

  

Steve Jobs, bien sûr, qui vient de nous tirer sa révérence, très élégamment, après avoir, le plus tard possible passé les rênes d’Apple. Steve Jobs à l’origine de la création d’Apple avec Steve Woniak et acteur de sa re-création.

  

Apple II, années 1980

J’ai une dette envers Steve Jobs, pour avoir construit aux débuts des années 1980 deux Apple II, dont les plans et le logiciel avaient été piratés ...

L’écran avait 40 colonnes, (j’ai dû acheter fort cher à l’époque une carte 80 colonnes), il y avait 48 K de RAM, pas de disque dur, un seul lecteur de disquette 5’’ ¼ (les grandes disquettes souples) et bien sûr pas de souris. Langage de commande et programmation en basic, Snakebyte, ... Premier programme développé : simulation des probabilté de gagner au Loto ...

Mais ce fut le support de la découverte de « l’informatique » par mes deux fils Thomas et Sébastien, qui sont devenus des cracks de la programmation, exercée sans relâche sur Apple II puis sur Atari et maintenant chez sur Catia (Dassault Systèmes).

 

steve jobs,apple,alan turingAtari ST, fin des années 1980

Mais, bien vite, en 1985, nous avons abandonné l’Apple pour l’Atari, plus ouvert grâce à son interface MIDI et plus orienté vers les jeux. A noter aussi le fameux Basic GFA avec son éditeur intégré et son compilateur ...

 

 

 

 

 

 

Mais j’ai un autre attachement vis à vis de Steve Jobs, c’est mon utilisation quotidienne de la chaîne Podcast/Itunes/Ipod qui me permet de m’abonner et d’écouter en toute tranquillité des Podcast gratuits, nombreux et variés (Ciel et espace, mes émissions préférées de France culture, politique, sciences, philosophie, cinéma, littérature).

Apple II, MacIntosh, puis dans la 2eme période iMac, iPod, iTunes, iPhone, iPad, et encore bien d’autres produits qui ont marqué leur époque ! Le modèle Apple, c’est celui de l’innovation continue dans des produits complets qui arrivent en avance sur tous les concurrents et qui crèe un nouveau marché. C’est aussi la qualité, le design, l’esthétique et une vraie valeur offerte aux utilisateurs.

Mais le prix à payer, c’est celui de la fermeture, de la non compatibilité.

Apple livre le Hardware et l’OS et les applications. Tout cela est très bien intégré, mais ne laisse que peu de place à des partenaires. Il faut « vivre Apple ».

Atari c’était le monde du jeu, de la musique, du graphique, des ados et des crackers, mais des bourses peu solvables qui n’achetaient que le minimum de hard et qui crackait un maximum de logiciel.

Windows et les PCs, c’est un autre modèle, « ouvert à sa manière». ce n'est pas bien sûr Posix ou l'OSF mais un OS portable sur tous les matériels au standard PC. Et un OS ouvert à tous les développeurs d’applications. Bill Gates, un autre génie du marketing, avait compris tout le potentiel stratégique de ce modèle qui fit de lui bientôt l’homme le plus riche du monde.

 

Les déboires de Steve Jobs

Steve Jobs n’était pas un technicien, mais un homme de marketing, comme Bill Gates. Mais il avait aussi le génie de la découverte des innovations capable de trouver un public, voire de créer un public. (Les vrais inventeurs étaient par exemple Steve Wosniak pour l’Apple II, les développeurs de Xerox Park pour Lisa et le macintosh).

Ce modèle a cependant trouvé ses limites au milieu des années 1980, face à une concurrence croissante sur le marché des entreprises, notamment de la part des PCs/Windows, qui en 1986,  représenteront déjà plus de la moitié des ordinateurs personnels vendus dans le monde

Le succès de l’Apple II ne faiblit pas mais cette machine se voit cantonnée au marché des particuliers et de l’éductaion.

Steve Jobs subit un premier échec personnel sur l’Apple III (1980-1984)  pour des raisons de mauvaise conception  technique puis un second avec Lisa (1983-1985), qui apporte pourtant souris et interface graphique mais qui est trop cher. C’est enfin la sortie du Macintosh, mais les ventes tardent à décoller alors que cellse d’Apple II se maintiennent à un niveau élevé.

Confronté à ces difficultés et pour gagner le marché des entreprises, Stece Jobs avait appelé à la rescousse, en 1983, John Sculley, ancien patron de Pepsi-Cola. Comme si les pommes se gérait comme des bulles ... Et ce fût ensuite la triste dégringolade : marginalisation de Steve Jobs causant son départ d’Apple en 1985, ventes en chute libre jusqu’au départ du même John Sculley en 1993.

Steve Jobs, lui, a fondé une nouvelle entreprise NeXt avec l'objectif de concevoir des ordinateurs pour les établissements scolaires et universitaires. Mais les ventes restent confidentielles et la fabrication du matériel est bientôt arrêtée, en 1993. Mais  l’OS NeXTstep et l’environnement Open step intéressent de nombreuses entreprises, Canon, Ross Perrot, mais aussi ... Apple.

 

Steve Jobs, le retour

steve jobs,apple,alan turing

NeXT est finalement rachetée en 1996 pour 429 millions de dollars par Apple qui recherchait un nouveau système d’exploitation pour ses ordinateurs Macintosh, marquant le retour de Steve Jobs à la tête d’Apple.

En parallèle avec la création de NeXT, c’est dans un autre domaine, la création de films d’animation que Stev Jobs manifeste son génie de découvreur et d’accoucheur de nouvelles technologies. Il achète en effet Pixar en 1986,en devient le PDG et la repositionne[1] dans l’animation, pour la revendre à Walt Disney en 2006 à Disney avec de substantiels bénéfices.

Redevenu Patron d’Apple (pour un salaire de 1 dollar par an[2]), Steve Jobs y règne sans partage, en autocrate, impose l’équipe de NeXT aux postes clé et redresse rapidement l’entreprise. C’est le retour de l’innovation, le règne des designers, et la renaissance fulgurante d’Apple. Steve Jobs ne se pose plus trop de questions sue le marché qu'il vise : c'est le grand public, ce sont les jeunes, autour de produits qui favorisent le graphique, la facilité d'emploi, l'accès à la musique, au ludique. Le design  est plus que jamais soigné, la commercialisation se fait autour de communautés rassemblées dans les Applestores. Tout été dit sur cette saga et sur le caractère très controversé de Steve Jobs, donc je ne m’y attarderai pas. 

 

 Alan Turing

Mais la pomme ce n’est pas seulement Stev Jobs, c’est aussi Alan Turing.

Qui se souvient encore d'Alain Turing ?

steve jobs,apple,alan turing« Alan Mathison Turing, (23 juin 1912 - 7 juin 1954) est un mathématicien britannique, auteur de l'article fondateur de la science informatique1[3] qui allait donner le coup d'envoi à la création des calculateurs universels programmables (ordinateurs). Il y présente sa machine de Turing et les concepts modernes de programmation et de programme[4].

Il est également à l'origine de la formalisation des concepts d'algorithme et de calculabilité qui ont profondément marqué cette discipline. Son modèle a contribué à établir définitivement la thèse Church-Turing qui donne une définition mathématique au concept intuitif de fonction calculable.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il a dirigé les recherches sur les codes secrets générés par la machine Enigma utilisée par les nazis.

Après la guerre, il a travaillé sur un des tout premiers ordinateurs, puis a contribué de manière provocatrice au débat déjà houleux à cette période sur la capacité des machines à penser en établissant le test de Turing4[5].

Vers la fin de sa vie, il s'est intéressé à des modèles de morphogenèse du vivant conduisant aux « structures de Turing ».

Il a été persécuté pour son homosexualité. Pour éviter la prison, il est condamné à la castration chimique par prise d'œstrogènes, ce qui a pour effet secondaire de développer sa poitrine. Il meurt le 7 juin 1954 d'un empoisonnement au cyanure, un suicide selon l'enquête qui s'ensuivit, quoique sa mère ait défendu la thèse d'un empoisonnement accidentel.

L'homosexualité de Turing lui valut d'être persécuté et brisa sa carrière. En 1952, son compagnon aide un complice à cambrioler la maison de Turing, qui porte plainte auprès de la police. L'enquête de police finit par l'accuser d'« indécence manifeste et de perversion sexuelle » (d'après la loi britannique sur la sodomie). Il décide d'assumer son orientation et ne présente pas de défense, ce qui le fait inculper.

S'ensuit un procès très médiatisé, où lui est donné le choix entre l'incarcération et une castration chimique, réduisant sa libido. Il choisit ce dernier, d'une durée d'un an, avec des effets secondaires comme le grossissement de ses seins. Alors qu'il avait été consacré, en 1951, en devenant membre de la Royal Society, à partir de 1952, il sera écarté des plus grands projets scientifiques.

En 1954, il meurt d'un empoisonnement au cyanure. L'enquête qui s'ensuivit conclut au suicide, même si sa mère tenta d'écarter cette thèse pour soutenir celle de l'accident : elle affirma vigoureusement que l'ingestion du poison était accidentelle en raison de la propension de son fils à entreposer des produits chimiques de laboratoire sans aucune précaution. Il est vrai que le moyen d'ingestion du poison aurait été une pomme partiellement mangée retrouvée près du corps de Turing et qui aurait été imbibée de cyanure (même s'il n'existe pas de certitude à cet égard, la pomme n'ayant pas été analysée). Le biographe de Turing, Andrew Hodges, a émis l'hypothèse que Turing ait pu choisir ce mode d'ingestion précisément pour laisser à sa mère la possibilité de croire à un accident. Nombreux sont ceux qui ont souligné le lien entre sa méthode de suicide et le film Blanche-Neige et les Sept Nains, duquel il avait particulièrement apprécié la scène où la sorcière crée la pomme empoisonnée, au point de régulièrement chantonner les vers prononcés par la sorcière : « Plongeons la pomme dans le chaudron, pour qu'elle s'imprègne de poison »

Selon wikipedia

 

Certaines rumeurs disent qu’Apple aurait choisi son logo en souvenir d’Alan Turing. C’est probablement faux, mais rien ne nous interdit d’y croire pour célébrer la mémoire de cet autre génie, autrement plus humain, que fût Alan Turing.



[1] Pixar était à l’origine un fabricant de matériel informatique haut de gamme « Pixar Image computer », très peu vendu.

[2] Rassurez-vous Steve Jobs n’est pas à la rue : « Depuis 1997, date de son retour à la tête de la marque à la pomme, Steve Jobs se verse à titre de salaire un dollar symbolique. A côté d'autres dirigeants, comme Bill Gates, Steve Jobs fait bonne figure. Le fondateur de Microsoft a touché près d'un million de dollars de rémunération pour l'exercice 2005. Pour autant, Steve Jobs ne travaille pas gratuitement. Sa principale source de revenu provient des 120 000 stock options, attribuées en tant que directeur de la société. Le PDG d'Apple mène également un grand train de vie au frais de la société. Pour l'exercice 2006, il a été remboursé de ses déplacements d'affaires qu'il effectue avec son avion personnel, à hauteur de 202 000 dollars. Sa fortune estimée à 5,7 milliards de dollars d'après le magazine Forbes, ferait de lui le 132ème homme le plus riche au monde. Ce salaire d'un dollar s'apparente donc plus à une opération de communication en faveur d'Apple. » Selon un papier du Figaro du 15 oct 2007

 

[4]John C. Mitchell ,Concepts in programming languages, Cambridge University Press, 2003, p.14 [archive] «The fact that all standard programming languages express precisely the class of partial recursive functions is often summarized by the statement that all programming languages are Turing complete.»

Bruce J.MacLennan, Principles of Programming Languages, Introduction : What is a programming language?, Oxford University Press, 1999. «A programming language is a language that is intended for the expression of computer programs and that is capable of expressing any computer program. This is not a vague notion. There is a precice theorical way of determining whether a computer language can be used to express any program, namely, by showing that is equivalent to a universal Turing machine.»

[5] Ces questions sont discutées dans l'article « philosophie de la technique ».

Commentaires

Super article! Permets moi d'y ajouter :

selon wikipedia :
"Le premier logo d'Apple, dessiné par Ronald Wayne, représente Isaac Newton appuyé contre un pommier. En bordure du dessin se trouve un segment du poème Prelude de William Wordsworth : « Newton… A mind forever voyaging through strange seas of thought… alone. » Il est très rapidement remplacé, début 1977, par la pomme arc-en-ciel dessinée par Rob Janoff, la célèbre pomme croquée encore utilisée aujourd'hui. [...] Selon Rob Janoff, la pomme est croquée pour qu'elle ne soit pas confondue avec une cerise ; les couleurs permettaient, elles, de refléter la capacité des Apple II à pouvoir afficher des couleurs20.

Ce logo est souvent considéré, à tort, comme un hommage à Alan Turing, mathématicien britannique homosexuel qui s'est suicidé en croquant dans une pomme imprégnée de cyanure. De même, les couleurs proches de celles du Drapeau arc-en-ciel de la communauté LGBT seraient une référence à son homosexualité, en raison de laquelle il fut inquiété par la loi alors en vigueur. Aussi bien le dessinateur du logo qu'Apple ont nié qu'il y ait un quelconque hommage à Turing dans le logo de la pomme arc-en-ciel."

Je comprends mieux pourquoi certains ont comparé Jobs à Newton...

Écrit par : raf | 15/10/2011

Salut !

A ce que je sache, Jobs et Wozniak qui s'étaient rencontrés à l'occasion de vacances, dans les années 74/75, décidèrent de concevoir un ordinateur en Kit, autour, probablement, du processeur Motorolla 6800. Cette machine fut conçue pour être vendue en Kit sous le nom d'Apple 1 en mémoire de Newton et sa pomme qui devinrent, d'ailleurs, tous deux son logo.
Ils travaillaient de longues heures dans le garage de parents adoptif de Jobs.
En 1976, il créent Apple computer & Co et développent, toujours dans le garage des parents de Jobs, une machine,
l'Apple II autour du processeur Rocquell 6502, munie de 8 ports "bus" pour des périphériques, d'un clavier de machine à écrire et un boitier qu'on pouvait ouvrir facilement.
Il n'y avait qu'un "Basic Integer" en ROM et une interface pour lecteur de cassettes analogiques pour charger ou stoker des programmes. (Norme "Kansas-City") ainsi qu'un interface pour poste TV couleur "NTSC".
Pour arriver à leurs fins, Jobs et Wozniak avaient investit tout leur argent de poche. Jobs vendit son minibus et Wozniak sa calculatrice programmable. Il ne restait plus aux deux bricoleurs désargentés qu'une pomme pour manger ! C'est ainsi que cette pomme croquée donna à Jobs l'idée d'en faire son logo.
En avril 77, l'Apple ][ est présenté pour la première fois au public, lors de la First West Coat Computer Fair.

Et dés 78, je commandais au SICOB (La Défense) le premier ordinateur individuel du Cnam, l'APPLE II.
Voici mon histoire de pomme !
Amitiés,
Frédéric.

Écrit par : Fred | 17/10/2011

Bien que l’imminence de le sortie prochaine de la cinquième génération de la tablette tactile d’Apple soit une évidence, tous ces bruits de couloirs se basaient jusqu’à présent sur les allégations de sources plus ou moins fiables, sources dont les déclarations étaient de fait impossible à vérifier.

Écrit par : Accessoires Ipad | 19/05/2013

Les commentaires sont fermés.