Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2010

L'Hoax de la Nasa : la bactérie shootée à l'arsenic sent le soufre

A Thomas

 

Le 2 décembre 2010 tombait sur Internet un communiqué de la Nasa : «une découverte en astrobiologie qui aura un impact sur la recherche de preuve d'une vie extraterrestre». Une conférence de presse doit suivre.

http://www.nasa.gov/topics/universe/features/astrobiology_toxic_chemical.html

La blogosphère s'enflamme, les Ufologues (les croyants du monde des ovnis) exultent ...

Le Nouvel Obs titre : "La Nasa découvre une nouvelle forme de vie extra-terrestre "

« L'agence spatiale américaine aurait découvert "une bactérie dont l'ADN est complètement étranger à ce que l'on connait aujourd'hui", avance le site spécialisé Gizmodo »

 

Où en sommes-nous 15 jours après ? La baudruche s'est largement dégonflée :

« En effet, aucun petit homme vert n'était au rendez-vous fixé aux journalistes, jeudi 2 décembre, au siège de la NASA, à Washington. Mais un microbe californien, tiré des boues saumâtres du lac Mono. Une bactérie baptisée GFAJ-1, dont les caractéristiques pourraient tout de même conduire à une révision fondamentale des règles du vivant, où qu'il soit.

La vie sur Terre repose en effet sur six éléments : oxygène, carbone, hydrogène, azote, soufre et phosphore. La particularité de GFAJ-1, c'est qu'elle peut croître dans un milieu où le phosphore est remplacé par l'arsenic, son plus proche voisin dans le tableau périodique des éléments. »

La Nasa est tombée bien bas. Confrontée à une triste réalité budgétaire, elle a tenté de s’en sortir par une opération Marketing à la limite de la désinformation.

La réalité de la Nasa, c‘est la fin du rêve américain de domination de l’espace, dont l’apogée a été marquée il y a quarante ans par les missions Apollo et les premiers pas de l’homme sur la lune.

La triste réalité c’est la fin de la navette spatiale, qui fût globalement un échec et une impasse : plus chère, moins fiable (explosions de Columbia et Challenger, 14 morts) et moins disponible que les lanceurs classiques, la navette américaine a logiquement été abandonnée laissant la Nasa sans lanceur pour des vols habités. Le programme Constellation et son lanceur Orion lancé par Crazy Bush, ont été abandonné faute de financement.

Dans ce domaine, comme d’autres, Obama a été obligé de nettoyer les écuries d’Augias. Pour la Nasa ce fût l’atterrissage brutal. L’opération retour sur la lune est « enterrée ».

Dans le même temps, Soyouz retrouve une nouvelle jeunesse, après cinquante ans de bons et loyaux services. Ce sera, en 2012, le seul lanceur pour rejoindre l’ISS, la Station Spatiale Internationale.

Et la Chine et le Japon affichent leurs ambitions spatiales, bientôt suivis par l’Inde.

C’est dans ce contexte que la Nasa lutte pour préserver ses budgets colossaux et pour cela, elle doit continuer de faire rêver les états-uniens de base … Les faire rêver avec un programme réorienté vers la recherche de la vie extra-terrestre.

Vie extra-terrestre sur des planètes comme Mars, avec un programme d’envoi de robots dès 2011. Mais le retour d’échantillons sur terre n’est prévu qu’après 2020.

Donc en attendant, il faut se contenter d’étudier la vie ici et maintenant sur terre, avec des projets d’astrobiologie, c’est à dire de recherche sur l’origine de la vie, éventuellement extra-terrestre.

C’est dans ce cadre que la Nasa a recruté en 2010 une chercheuse du joli nom de Felisa, pressée de se faire un nom dans le monde scientifique. Elle avait en effet découvert en 2009 une souche de bactérie bizarre dans le lac Mono (Californie), quelle avait prénommée GFAJ. GFAJ, oui bien sûr comme " Get Felisa a Job ".

mono_lake01-09.jpgFelisa Wolfe-Simon (NASA-USGS) a eu l'idée de shooter cette bactérie à l’arsenic, pour voir comment elle réagissait. Et aurait elle-même été surprise de constater que le poison s'intégrait sans dommage au coeur même de la machinerie microbienne, y compris dans l'ADN et dans le carburant cellulaire, l'ATP. D’où le communiqué du 2 décembre…

 

 

 

 

La Nasa n’en est pas à son premier Hoax. L'exemple le plus célèbre de ses dérapages médiatiques remonte à 1996. Le 16 août de cette année-là est publié dans Science un article annonçant la découverte de traces biologiques fossiles au sein d'une météorite martienne, ALH84001, retrouvée en Antarctique douze ans plus tôt. Il s’avère peu de temps après qu’il s’agit probablement d’une contamination terrestre.

 

"Outre-Atlantique, le doute à l'égard de l'annonce mise en scène par la NASA s'est diffusé via des scientifiques bloggeurs. Rosie Redfield, de l'université de Colombie-Britannique, dont le site a attiré rapidement des milliers de visiteurs, a décidé d'adresser ses critiques, saignantes, à la revue Science, qu'elle accuse de ne pas avoir correctement évalué le travail soumis par Felisa Wolfe-Simon. Cette dernière a vite compris que la politique choisie par la NASA - ne pas répondre à des objections émanant de la blogosphère - n'était pas tenable. Elle devrait aussi rapidement diffuser GFAJ auprès des laboratoires qui souhaiteraient vérifier ses conclusions. Ou les invalider."

 A suivre ...

Prochaines étapes des découvertes de Felisa :

GFAN : Get Felisa A Name

GFAP : Get Felisa A Price


 

22/12/2010

RAS-LE-BOL des HOAX !

 

HOAX – HOAX- HOAX - HOAX – HOAX- HOAX- HOAX – HOAX- HOAX- HOAX-


« Un de mes amis m'a envoyé ce mail. Je ne sais pas si cela peut vous aider mais c'est quelqu'un de sérieux.

Bon dimanche à vous.


XXXXX


Chers amis, je crois qu'il faut en tenir compte !!! Pour ton ordinateur et le mien, fais
circuler cet avis à tes amis, famille, contacts!!  
 

 

 Dans les prochains jours sois attentif: n'ouvre aucun message avec une archive annexe appelée:  Actualisation de Windows live, indépendamment de la personne qui te l'envoie. C'est un virus qui brûle tout le disque dur. Ce virus viendra d'une personne connue que tu as dans ta liste d'adresses. C'est pour cela que tu dois envoyer ce message à tous tes contacts. 

 

Si tu reçois le message appelé : Actualisation de Windows live, même si c'est envoyé par un ami, ne l'ouvre pas et arrête immédiatement ton ordinateur. C'est le pire virus annoncé par CNN. Il a été classé par Microsoft comme le virus le plus destructeur qui ait existé. Ce
virus fut découvert hier après midi par Mc Afee, et il n'y a pas de possibilité de dépannage pour ce genre de virus. il détruit simplement le Secteur Zéro du Disque dur.
 

Souviens-toi : si tu l'envoie à tous tes contacts cela bénéficie à nous tous » 


 

Le phénomène des Hoax est étonnant ! Il est intéressant de passer 5 minutes à analyser l'Hoax type :

 

1. un danger menace la communauté. ("tes amis, ta famille")

2. il est annoncé par des autorités compétentes (CNN, MacAffee, Microsoft, "C'est quelqu'un de sérieux" !!!)

3. c'est le mal absolu : "le virus le plus destructeur qui ait existé"

4. cette menace se situe dans un contexte techno-scientifique très flou ou carrément délirant.  («C'est un virus qui brûle tout le disque dur »"il n'y a pas de possibilité de dépannage pour ce genre de virus. il détruit simplement le Secteur Zéro du Disque dur" ). Peu importe, il s'adresse à une communauté de croyants qui ne se situe pas dans le monde rationnel.

5. le message est comminatoire, tu dois sauver la communauté, c'est impératif pour le bénéfice de tous : "c'est pour cela que tu dois envoyer ce message à tous tes contacts", "souviens-toi : si tu l'envoies à tes connaissances cela bénéficie à nous tous".

 

 

La simple lecture de ces messages, qui ont tous en gros la même structure, devrait alerter celui qui le reçoit. Mais apparemment il est difficile de résister au besoin de prendre la posture du bon samaritain ou du sauveur face à un danger qui menace la communauté, et tout cela un quelques clics.



Hoax signifie « canular » en anglais. Les principaux types d'HOAX sont les faux virus, les chaines de solidarité bidon, les fausses informations, les arnaques, 


Pour ne pas tomber dans le piège des hoax, il suffit souvent de les lire et de faire preuve de sens critique. Puis de rompre la chaîne de la désinformation et de s'informer.  Par exemple en consultant les sites qui répertorient  les principaux HOAX :

a) http://www.hoaxbuster.com - est un site qui a pour but de chasser les hoax. A visiter donc en cas de doute, ainsi que pour sa documentation sur les hoax

b) http://www.hoaxkiller.fr - est un site qui a pour but de chasser les hoax. A visiter donc en cas de doute, ainsi que pour sa documentation sur les hoax.

c) http://www.secuser.com/hoax - dénombre les faux virus les plus actifs en France.

 

A bientôt au prochain HOAX !

 

13/12/2010

Se faire des ennemis sur Facebook

Il manque un concept clé dans Facebook, c'est le concept d'ennemi.

Dans un monde capitaliste sans pitié, ou la règle est le "chacun pour soi", il faut en effet savoir qui est avec soi mais aussi qui est contre soi.

Il faut pouvoir décliner les règles de base de la vie en société :

  • "Les amis de mes amis sont mes amis"
  • "Les ennemis de mes amis sont mes ennemis"
  • "Les amis de mes ennemis sont mes ennemis"
  • "Les ennemis de mes ennemis sont mes amis."

 

Capture plein écran 13122010 082505.bmp.jpg

 

 

 

Ensuite on pourra bâtir des sociogrammes dans lesquels chacun pourra mieux se situer dans la chaîne des amitiés/inimitiés.

 

 

 

 

 

Bon tout ce qui précède est au second degré, vous l'aurez compris. La meilleure solution c'est de désinscrire de Facebook.

 

HIT-THE-FACEBOOK-FINANCIALLY-THOUGH-BOYCOTT.jpg

 

Pour info campagne de Boycott en Allemagne :

http://www.infos-du-net.com/actualite/16839-facebook-alle...

11:53 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : facebook, boycott, ennemis

11/12/2010

Facebook, Diaspora et La Boétie (2)

Faisons un peu d'associations libres :

 

Facebook

Dans Facebook, il y a "face", visage et "book", livre, répertoire, ... "Face", visage ça fait penser à "de face et de profil", "photos de face et de profil", tiens, tiens ... et livre, répertoire cela fait penser à "inventaire", à "fichier" ... et si on associe les deux cela fait penser à "fichier anthropométrique" (Bon sang, mais c'est bien sur !).

Et si on cherche des images on pourrait projeter :Capture plein écran 10122010 120940.bmp.jpg

Ou bien encore :

378px-Bertillon_-_Signalement_Anthropometrique.png

 

Le génie des créateurs de Facebook a été d'obtenir que chacun d'entre nous dresse sa propre fiche anthropométrique. Evidemment ce n'est pas celle qu'Alphonse Bertillon avait inventée, mais c'est encore plus subtil. C'est maintenant une fiche psychométrique. En remplissant les profils de Facebook, nous mettons sur la place publique notre intimité psychologique et nous en perdons la propriété ...

 

 

Diaspora

Dans Diaspora, il y a les racines grecques Dia et Spora, dia, à travers, et sporá ensemencement.

Dispersion, ensemencement, il y a plusieurs sens dans Diaspora :
-  cela peut être le 
phénomène de dispersion d'une partie d'une population, d'un peuple ou encore d'une ethnie, au-delà de ses frontières nationales

- Par extension cela peut désigner cette communauté dispersée elle-même

- Diaspora, c'est aussi l'ensemble des liens au sein de la communauté dispersée, et des liens de cette communauté avec ses origines.

Pour constituer une diaspora, les communautés d'expatriés doivent en effet conserver des attaches avec le pays d'origine, ou des pratiques ou des habitudes propres au pays. Ce niveau d'attachement est cependant variable; les liens peuvent être économiques, politiques ou culturels. Si les liens sont rompus voire inexistants, il ne s'agit pas d'une diaspora. Les communautés dispersées se donnent souvent des organisations, des porte-parole ou des rituels permettant le maintien du lien. 

 

" T'es sur Facebook ?" 

Symboliquement Facebook, c'est le fichage préalable à l'enfermement. Et le plus subtil, c'est que c'est un enfermement volontaire, celui qui nous fait suivre les canons de la mode et de la pression du milieu.

Comme le téléphone portable, Facebook est quasiment devenu une obligation sociale.

Si t'es pas sur Facebook, tu seras bientôt isolé, ostracisé, tu risques d'avoir du mal à trouver des zamis, un(e) copin(e), un boulot,  ...


Symboliquement, Diaspora s'inscrit dans la continuité d'un Internet espace de liberté et d'échange, espace de gratuité non soumis aux lois des "marchés".

Diaspora, c'est l'imaginaire d'un outil capable d'aider à retisser des liens sociaux décentralisés dans un monde où nous sommes tous plus ou moins déracinés.

Il est toujours bon de rêver ...

 

17:47 Publié dans Débats | Lien permanent | Commentaires (1)

10/12/2010

Facebook, Diaspora et La Boétie (1)

Farouche opposant à la commercialisation des données privées, je m'étais rapidement désinscrit de Facebook. Eh oui, j'y étais arrivé (à me désinscrire) à la troisième tentative, après quelques heures de galère.

C'est pourquoi je pense que l'arrivée de Diaspora est une très bonne nouvelle.


Diaspora c'est l'anti-Facebook. Conçu et mis en place par la communauté Open Source (Logiciels ouverts et libres), c'est un outil de réseau social non commercial, qui rend à l’utilisateur le contrôle de sa vie privée.

 

"Diaspora se veut en quelque sorte l'antithèse de Facebook : décentralisé, non commercial et en promettant aux utilisateurs un meilleur respect de la vie privée ainsi que le contrôle de leurs données. Il ressemble à ce stade beaucoup à un Facebook qui aurait subi une drastique cure d’amaigrissement. Vraiment minimaliste, le service – encore en version alpha – ne montre que les informations indispensables et ne s’embarrasse pas de fioritures. Une fois connecté, on accède, comme sur Facebook, au fil d’actualité constitué des mises à jour de vos amis et des éventuels commentaires qui les accompagnent."

http://www.01net.com/editorial/524581/premiers-pas-sur-di...

 

"Imaginé par des étudiants en informatique de la New York University, le projet Diaspora veut remplacer le web social centralisé d’aujourd’hui (entendez «Facebook») par un système décentralisé, tout en offrant un service pratique et facile à utiliser pour tous."

http://fr.readwriteweb.com/2010/05/06/a-la-une/projet-dia...

 

 

Notre pouvoir en tant que consommateurs libres

Le succès de cette initiative dépend essentiellement de nous, c'est à dire de la volonté des utilisateurs de quitter Big Brother/Facebook pour Diaspora.

 

Pourquoi ne pas relire, à cette occasion tout ou partie du "Discours de la servitude volontaire" de La Boétie, où il écrit notamment à propos du tyran, du maître qui vous dépouille :

"Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres. Je ne vous demande pas de le pousser, de l’ébranler, mais seulement de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre."

http://www.livres-et-ebooks.fr/ebooks/Discours_de_la_serv...

 

 

Libres de ne plus servir

A rapprocher de la dernière initiative de Cantona. Cela pourrait nous donner des idées sur notre pouvoir en tant que consommateurs, vis à vis des banques, des grands distributeurs, et pourquoi pas vis à vis des fameux "marchés". Je ne résiste pas au plaisir de citer tout le chapitre qui est toujours d'une étonnante actualité sur la symbolique du maître :

"Pauvres gens misérables, peuples insensés, nations opiniâtres à votre mal et aveugles à votre bien ! Vous vous laissez enlever sous vos yeux le plus beau et le plus clair de votre revenu, vous laissez piller vos champs, voler et dépouiller vos maisons des vieux meubles de vos ancêtres ! Vous vivez de telle sorte que rien n’est plus à vous. Il semble que vous regarderiez désormais comme un grand bonheur qu’on vous laissât seulement la moitié de vos biens, de vos familles, de vos vies. Et tous ces dégâts, ces malheurs, cette ruine, ne vous viennent pas des ennemis, mais certes bien de l’ennemi, de celui-là même que vous avez fait ce qu’il est, de celui pour qui vous allez si courageusement à la guerre, et pour la grandeur duquel vous ne refusez pas de vous offrir vous-mêmes à la mort. Ce maître n’a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n’a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu’il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire. D’où tire-t-il tous ces yeux qui vous épient, si ce n’est de vous ? Comment a-t-il tant de mains pour vous frapper, s’il ne vous les emprunte ? Les pieds dont il foule vos cités ne sont-ils pas aussi les vôtres ? A-t-il pouvoir sur vous, qui ne soit de vous-mêmes? Comment oserait-il vous assaillir, s’il n’était d’intelligence avec vous ? Quel mal pourrait-il vous faire, si vous n’étiez les receleurs du larron qui vous pille, les complices du meurtrier qui vous tue et les traîtres de vous-mêmes ? Vous semez vos champs pour qu’il les dévaste, vous meublez et remplissez vos maisons pour fournir ses pilleries, vous élevez vos filles afin qu’il puisse assouvir sa luxure, vous nourrissez vos enfants pour qu’il en fasse des soldats dans le meilleur des cas, pour qu’il les mène à la guerre, à la boucherie, qu’il les rende ministres de ses convoitises et exécuteurs de ses vengeances. Vous vous usez à la peine afin qu’il puisse se mignarder dans ses délices et se vautrer dans ses sales plaisirs. Vous vous affaiblissez afin qu’il soit plus fort, et qu’il vous tienne plus rudement la bride plus courte. Et de tant d’indignités que les bêtes elles-mêmes ne supporteraient pas si elles les sentaient, vous pourriez vous délivrer si vous essayiez, même pas de vous délivrer, seulement de le vouloir.

Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres. Je ne vous demande pas de le pousser, de l’ébranler, mais seulement de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre."

La Boétie, Discours de la servitude volontaire

 

 

07/12/2010

Bull is back !

Bull, quesaco ?

Red Bull, Sitting Bull, Raging Bull, Dog Bull, la BD Bull ?

Mais non, je fais référence à l’ex-constructeur national, le fleuron de la technologie française dans les années 60, le tombeur de la CII, le bénéficiaire principal du plan calcul, le nationalisé et recapitalisé de 1981. Si vous avez plus de quarante ans, cela devrait vous intéresser, car vous avez payé une bonne partie de son déficit à travers vos impôts …

Quand on interroge quelqu’un de moins de cinquante ans, peu de chance que l’on fasse référence à l’ancien constructeur  informatique, qui faisait presque jeu égal avec IBM dans les années 50.

Mais c’était au siècle dernier …

 

Aujourd’hui Bull fait de nouveau parler de lui mais de façon plus modeste.

En effet Bull vient de livrer au CEA Tera 100, le 6eme plus puissant ordinateur de la planète.

Avec 1,05 pétaflops de puissance de calcul sur le test du Linpack, Tera 100 devient le premier supercalculateur européen à franchir la barre du pétaflops (1015 Floating Point Operation per second). Les Etats-Unis et la Chine sont toutefois nettement devant avec des puissances qui avoisinent désormais les 2 pétaflops.

Sur la base du classement de novembre 2010, le Tera 100 de Bull et du CEA se classerait en sixième position derrière trois systèmes chinois et deux état-uniens.

TOP 10 Systems - 11/2010

1

Tianhe-1A - NUDT TH MPP, X5670 2.93Ghz 6C, NVIDIA GPU, FT-1000 8C

2

Jaguar - Cray XT5-HE Opteron 6-core 2.6 GHz

3

Nebulae - Dawning TC3600 Blade, Intel X5650, NVidia Tesla C2050 GPU

4

TSUBAME 2.0 - HP ProLiant SL390s G7 Xeon 6C X5670, Nvidia GPU, Linux/Windows

5

Hopper - Cray XE6 12-core 2.1 GHz

6

Tera-100 - Bull bullx super-node S6010/S6030

7

Roadrunner - BladeCenter QS22/LS21 Cluster, PowerXCell 8i 3.2 Ghz / Opteron DC 1.8 GHz, Voltaire Infiniband

8

Kraken XT5 - Cray XT5-HE Opteron 6-core 2.6 GHz

9

JUGENE - Blue Gene/P Solution

10

Cielo - Cray XE6 8-core 2.4 GHz

 

Tera 100 est le fruit d'un investissement de 100 millions d'euros. Il s'agit d'un cluster composé de 4 370 serveurs Bullx série S regroupant 17 480 processeurs Intel Xeon 7500, 300 To de mémoire et 20 Po de capacités de stockage.

La puissance de calcul de Tera 100 est exploitée par les chercheurs du CEA (exclusivement) pour réaliser des simulations sur les systèmes d’armes nucléaires. Depuis l’arrêt des essais nucléaires, la simulation numérique est devenue critique dans ce secteur de la recherche.

Pour rappel :

Unité de performance des processeurs

Nom

FLOPS

 

yottaFLOPS

1024

 

zettaFLOPS

1021

 

exaFLOPS

1018

 

pétaFLOPS

1015

 

téraFLOPS

1012

 

gigaFLOPS

109

 

megaFLOPS

106

 

kiloFLOPS

103

 

 

Du Gamma 60 au Tera 100, positionnement de Bull

gamma60_baie.jpgA ses débuts Bull était positionné sur la vente d’objets complexes à fort valeur ajoutée et en petit nombre (Quelques centaines puis quelques milliers au maximum).

Ici on voit un Gamma 60, des années 1957-1964. (Il faut noter que ces systèmes avaient été livrés sans OS, qui furent développés conjointement avec les premiers clients).

Bull a ensuite été reconnu pour la qualité et les performances de ses systèmes DPS/GCOS dédiés aux applications de gestion des banques, assurances et grandes administrations. 

 

 

 

 

1-reportage-tera100.jpg

Avec l’arrivée des systèmes ouverts, d'Unix et de Windows, Bull a vainement  tenté de changer de positionnement, mais n’a jamais réussi à se positionner sur le marché des produits à fort volume et à faible valeur ajoutée.

Avec le Tera 100, Bull retrouve aujourd’hui son ancien positionnement. Espérons que cela lui réussisse ...

 

 

Le Tera 100

 

 

 

Si la techno des années 50 vous intéresse aller sur :

http://www.feb-patrimoine.com/PROJET/gamma60/gamma60_tech... 

24/10/2010

Pourquoi tant de haine ?

« Pourquoi tant de haine ? », c’est le titre d’un pamphlet, écrit par Elisabeth Roudinesco en 2005 pour essayer de contrer le « Livre noir de la psychanalyse », ouvrage collectif qui venait de paraître,  sous la direction de Catherine Meyer et qui avait l’audace de dresser un bilan critique d’un siècle de freudisme.

51V1D8WPJPL._SS500_.jpgLaissons parler Elisabeth Roudinesco :

« La longue histoire de la détestation de Freud vient, d'être réactualisée avec la publication d'un brûlot, Le livre noir de la psychanalyse, qui réunit des historiens anglophones et des thérapeutes comportementalistes. Les premiers entendent dénoncer les mythes fondateurs d'un mensonge freudien qui n'aurait été que la face cachée d'une conspiration visant à livrer la civilisation occidentale au triple pouvoir d'une sexualité coupable, d'une corruption par l'argent et d'une mystification intellectuelle. Quant aux seconds, ils cherchent à évincer de l'Université et des institutions de soins les représentants d'un Establishment psychanalytique jugé hégémonique afin de remplacer les cures classiques par des techniques de normalisation des conduites humaines. Comme bien d'autres avant lui, cet ouvrage n'aurait été connu que des spécialistes s'il n'avait pas été présenté sous un jour favorable, en septembre 2005, à la une du plus grand hebdomadaire de la gauche française. Pour cette Anatomie d'un " livre noir ", j'ai rassemblé, outre mes propres interventions, des textes de Pierre Delion, Roland Gori, Jack Ralite et Jean-Pierre Sueur qui permettent de comprendre pourquoi, à l'aube du XXIe siècle, l'œuvre freudienne continue de susciter une telle haine. »

 

285.jpgEvidemment, la gardienne du temple freudien ne pouvait laisser passer la publication du dernier livre de Michel Onfray « Le crépuscule d’une idole. L'affabulation freudienne »

Comme l’imagination ne semble pas être son fort, Elisabeth Roudinesco a réitéré son opération de 2005 en recyclant son titre « Pourquoi tant de haine ? », dans un article virulent dont elle a inondé la presse.

Ce qui est intéressant dans ce titre et dans les commentaires d’Elisabeth Roudinesco, c’est que, pour éviter un débat de fond sur l’actualité du freudisme, elle se place délibérément au niveau des affects : « haine, détestation, destruction ». Elle déchaine elle-même ses propres affects vis à vis de Michel Onfray.

J’ai moi-même constaté à quel point Onfray suscite en effet la détestation, le dénigrement et les insultes de la part de gens qui,  la plupart du temps ne l’ont pas lu, mais qui en ont entendu parler ou ont assisté à des débats sur leur chaine préférée, et qui surtout évitent tout débat sur le fond.

On peut donc retourner la question. « Pourquoi tant de haine ? » de la part des détracteurs de Michel Onfray qui se répandent dans la presse, sur Internet et sur les chaîne télévisées ?

François Busnuel, qui a lu Onfray, apportait dès 2006 une explication intéressante :

« Michel Onfray sent le soufre. Son Traité d'athéologie a ulcéré les tenants des cultes monothéistes - qui, d'ailleurs, n'ont toujours pas répondu autrement que par l'insulte ou l'idéologie: lire, si l'on y tient, sur ce sujet les deux très décevants ouvrages de Matthieu Baumier, L'antitraité d'athéologie (Presses de la Renaissance), et d'Irène Fernandez, Dieu avec esprit (Philippe Rey). Si on l'étudiait de près, plutôt que de la révoquer au nom de sa radicalité, on découvrirait que la philosophie de Michel Onfray (eh oui, il y a bien une philosophie qui lui est propre et qu'il développe dans un système cohérent, livre après livre) peut apporter une réponse au désarroi français. Passons sur les insultes dont Onfray est constamment l'objet; elles n'ont jamais constitué une pensée: pour discréditer une philosophie, on le sait, rien de mieux que de la caricaturer et la calomnier. Onfray serait donc un «bouffeur de curés», un «pur démagogue», et même un «indigent graphomane» (dixit Houellebecq, nouveau phare de la pensée contemporaine). Si l'on s'en tient aux textes dudit Onfray, ces accusations sont à peu près aussi fondées que celles qui font encore passer Diogène pour un dépravé, Epicure pour un pourceau et Nietzsche pour un cinglé et un nazi! » …/…

« Si l'on se donnait la peine de lire Onfray, on trouverait donc un philosophe au travail. Qui récuse les approches classiques de la philosophie, toutes de technicité et de jugements dépassionnés. Qui fait office d'historien de la pensée lorsqu'il fouille la cave et le grenier, exhumant, dans la Contre-histoire de la philosophie qui vient de paraître, des philosophes fondamentaux et occultés (les hédonistes antiques ou les gnostiques licencieux, Montaigne ou La Mettrie...) qu'il enseigne dans son Université populaire, sorte de Jardin d'Epicure des temps modernes, où les savoirs alternatifs priment le corpus classique sans pour autant le disqualifier. Cette Contre-histoire de la philosophie est un document capital: toutes les histoires de la philosophie, si bonnes soient-elles, présentent les mêmes pensées; en voici enfin une qui évoque les «continents» perdus et envisage la philosophie sous l'angle du bonheur et de l'hédonisme plutôt que sous celui de la raison et de la métaphysique. On peut ne pas aimer ces philosophies, mais on ne peut en nier la réalité et l'importance. Sans doute y a-t-il une forme de vanité à prétendre saisir seul trente siècles de philosophie (surtout lorsqu'il s'agit de celle qui fut reléguée dans les limbes), mais cette vanité est compensée - ô combien - par le travail accompli: colossal et en profondeur. »

 

Pour les articles complets de François Busnuel, lire :

- Ci-gît Sigmund, par François Busnel, publié le 22/04/2010

http://www.lexpress.fr/culture/livre/francois-busnel-a-lu...

- Pourquoi il faut lire Michel Onfray, par François Busnel (Lire), publié le 01/02/2006

http://www.lexpress.fr/culture/livre/pourquoi-il-faut-lir...

 

Pour rappel, ma note de lecture sur le "Crépuscule d'une idole" :

http://seulsdanslecosmos.hautetfort.com/archive/2010/05/i...


Ecouter aussi le débat Michel Onfray / Boris Cyrulnik

http://www.dailymotion.com/video/xdb8nl_laffabulation-freudienne-debat-1-de_news


08/10/2010

Metaphysique, croyances et religions

 

 

Dans cette note j'ai rassemblé les définitions des catégories permettant de décrypter les principales approches en matière de métaphysique, de croyances et de religions, notamment monothéistes.

 

Ces définitions sont extraites, pour l’essentiel de Wikipedia et du Dictionnaire des religions et des mouvements philosophiques associés.
http://atheisme.free.fr/Religion/Definition_ar_az.htm#ath...

 

Annonçons la couleur, ce dictionnaire est publié sur un site dédié à l’athéisme (Athéisme, l’homme debout), ce qui ne veut pas dire que ces définitions soient partiales (vous en jugerez). En exergue de ce dictionnaire, il est mentionné :

« Précision : Bien qu’il soit sur un site défendant l’athéisme, ce dictionnaire essaie, en quelques phrases, d'être le plus objectif et le plus factuel possible. Si un lecteur pense qu'un aspect essentiel d’une religion ou d'une philosophie a été omis ou, inversement, que trop d’importance a été accordée à un point de détail, qu’il veuille bien le signaler. »

 

Dans la suite, j’indiquerai l’origine des définitions utilisées, par les abréviations suivantes :
DRMP : Dictionnaire des religions et des mouvements philosophiques associés.

Wiki : Wikipedia

 

Les deux catégories primordiales pour introduire le sujet sont à mon avis les dualités Monisme/Dualisme et Transcendance/Immanence et donc je commencerai par elles.

 

Monisme

(DRMP) « Le monisme est une doctrine philosophique selon laquelle l'univers n'est composé que d'une seule substance. Il s'oppose au dualisme qui affirme l'existence de deux substances distinctes, la matière et l'esprit. On différencie le monisme matérialiste (Epicure, Marx) du monisme spiritualiste ou idéaliste de Leibniz et de Hegel, ainsi que le monisme neutre (W. James, B. Russel) selon lequel la matière et l'esprit constituent deux registres de phénomènes d'une substance sur laquelle on n'a pas à se prononcer. Le monisme supprime donc la distance qui nous paraît exister entre le monde réel et la conscience »

(Wiki) « Monisme métaphysique – Définition : Le monisme pose une seule réalité, donc une seule substance. On y distingue plusieurs variantes apparentes selon la nature donnée à cette substance unique. Essentiellement, deux grandes écoles monistes apparaissent, l'une matérialiste, l'autre spiritualiste (comme l'immatérialisme, l'ipséisme ou le solipsisme dont Berkeley a dépeint certains aspects) selon que la substance universelle est la matière ou l'esprit. Mais ces distinctions ne tiennent pas longtemps à l'analyse philosophique car s'il n'y a qu'une substance, peu importe le nom ou les attributs qu'on lui donne puisque, par définition, il n'existe qu'elle et elle possède donc tous les noms et tous les attributs existant. Par essence, au plan Métaphysique, le monisme s'oppose d'abord radicalement à tous les Dualismes (comme le platonisme ou les monothéismes) qui, tous, supposent l'existence d'un monde idéel ou idéal face à un monde matériel, ces deux mondes étant de natures différentes et dissociées. »

 

Dualisme

(DRMP) « Le dualisme est la doctrine religieuse selon laquelle la réalité, la matière et l'esprit, le corps et l'âme sont constitués de deux principes antagonistes, le Bien et le Mal, en lutte perpétuelle l'un contre l'autre, le bien finissant par l'emporter. Le zoroastrisme repose sur le dualisme.
En philosophie, le dualisme correspond à la description, pour un domaine donné, de deux entités, deux principes inséparables, nécessaire et irréductibles l'un à l'autre et qui coexistent depuis l'origine (ex: esprit et matière). »

(Encyclopédie de l’Agora) « Qu'est-ce que le dualisme? Les philosophes que l'on peut qualifier de dualistes méritent tous le reproche qu'Aristote adressait à Platon: «ils séparent.» Ils séparent tantôt la lumière et l'obscurité comme Zoroastre, tantôt l'âme et le le corps comme Platon, tantôt l'esprit et la matière comme les gnostiques, tantôt la pensée et l'étendue comme Descartes. Il y a autant de dualismes que d'expériences vraiment, personnelles de la rupture. On peut toutefois dégager quatre grandes formes de dualisme :


a) Un dualisme transcendantal qui consiste à repousser le monde dans sa totalité hors du lieu divin (par exemple, le plérôme et le monde d'en-bas chez les gnostiques).


b) Un dualisme métaphysique qui admet deux principes premiers et irréductibles des choses (par exemple, l'Idée ou le Bien et la Matière chez Platon, la Lumière et les Ténèbres, chez Mani).


c) Un dualisme moral qui consiste à séparer la nature et la grâce comme l'ont fait saint Augustin et Pascal, ou la liberté et les passions, comme l'a fait Descartes.


d) Un dualisme psychologique qui consiste à séparer la volonté de l'entendement, comme l'a fait Schopenhauer, ou l'intuition de l'intelligence, comme l'a fait Bergson. »

 

Immanence et Transcendance

(Wiki) « En métaphysique, le transcendant est ce qui est au-delà, ce qui dépasse, surpasse, en étant d'un tout autre ordre. Par exemple, l'esprit transcende la matière.

Le terme est particulièrement utilisé pour discuter la relation de Dieu au monde. La conception d'un Dieu transcendant ne signifie pas qu'il est totalement en dehors et au-delà du monde, ces notions d'en dehors et d'au-delà étant, elles, de ce monde mais bien que sa nature n'est pas limitée à l'en dedans ou l'en deçà et qu'elle les incluent et les dépassent, que Dieu se manifeste ou non. Elle naît de la conception aristotélicienne de Dieu.

À l'inverse, les philosophies de l'immanence, comme le stoïcisme ou le panthéisme de Spinoza maintiennent que Dieu se manifeste dans le monde, et est présent dans celui-ci et dans les choses qui le composent. »

 

 

 

Et voici ensuite une liste de catégories autour desquelles s'est organisé le débat métaphysique dans le monde des religions monothéistes.

Agnosticisme / agnostique

(DRMP) « Le terme agnosticisme a été créé en 1869 par Thomas Huxley, naturaliste anglais (1825-1895) qui s'est inspiré des idées de David Hume et d'Emmanuel Kant. L'agnosticisme est une philosophie qui déclare l'absolu, le divin, la métaphysique, et plus généralement ce qui ne peut être appréhendé par l'expérience, inaccessible à l'esprit humain et à la perception. En conséquence, l'existence de Dieu ne peut être prouvée. L'agnosticisme professe une complète ignorance touchant la nature intime, l'origine et la destinée des choses. C'est une forme de scepticisme appliqué à la métaphysique et à la théologie.
Déjà présent dans la Grèce Antique, l'agnosticisme s'est beaucoup développé aux XVIIIe et XIXe siècles en raison des progrès de la science qui ont fourni des résultats expérimentaux contredisant les dogmes religieux et les textes "sacrés" comme la Bible.
Dieu étant inconnaissable, l'agnostique ne peut se prononcer sur son existence et considère donc qu'il est inutile de lui rendre un culte ou de se soumettre à une morale révélée qu'il aurait dictée aux hommes.
Le bouddhisme et le jaïnisme sont des religions agnostiques. Emmanuel Kant, Auguste Comte (et sa doctrine philosophique le positivisme), William James, Herbert Spencer, les frères Goncourt, Félix Le Dantec, Albert Einstein étaient agnostiques. »

Athéisme / athée

(DRMP) « L'athéisme est une attitude qui consiste à ne pas croire en l'existence de Dieu ou de toute autre divinité.
L'athéisme ne se contente cependant pas de rejeter purement et simplement l'idée de Dieu. Il essaie de comprendre l’origine et l'universalité du phénomène religieux et d’expliquer autrement ce que les religions prétendent éclairer. Les domaines à explorer touchent à de nombreuses sciences humaines : sociologie, psychologie, neurologie, économie, politique...
Dans l'Antiquité, l'athéisme tel qu'on l'entend actuellement était peu connu. Nier l'intervention des dieux dans les affaires humaines pouvait être assimilé à de l'athéisme.
Bien plus tard, la remise en question des croyances en vigueur pouvait être qualifiée également d'athéisme. Pierre Bayle (écrivain français 1646-1707), le premier, défendit que l'athéisme n'était pas pire que l'idolâtrie.
L'athéisme fut souvent confondu par les théologiens avec le déisme, le scepticisme, la libre pensée ou la critique des superstitions. »

 

Déisme / déiste

(DRMP) « Du latin deus, dieu.
Le déisme est la croyance en un dieu unique, suprême, immanent, ordonnateur ou créateur de l'univers, mais qui, contrairement au théisme, n'interagit pas avec le monde et n'intervient pas dans la destinée des hommes. C'est une philosophie sans dogme, ni religion qui rejette toute Révélation divine. Le déiste ressent Dieu de manière intuitive et ne cherche pas à se le représenter. Pour lui, la religion est souvent ramenée à la morale.
Le terme "déiste" est plutôt utilisé dans le langage théologique pour désigner de manière péjorative ou avec mépris ceux qui se disent croyants mais ignorent les prescriptions religieuses et ne pratiquent pas de culte. 
Le déisme s'est développé chez les philosophes des XVIIe et XVIIIe siècles en Angleterre (Herbert von Cherbury, John Toland, Tindall, Thomas Woolston, Anthony Collins) et en France (Jean-Jacques Rousseau, Voltaire, Hugo et même Robespierre avec le culte de l'Etre Suprême).
Pour Emmanuel Kant (1724-1804), le déisme est une théologie rationnelle transcendantale dans laquelle on pense "Dieu d'après des concepts purs et vides d'intuition, comme être premier et cause du monde". »

 

Théisme / théiste

(DRMP) « Le théisme désigne la croyance en un Dieu unique (monothéisme), créateur de l'Univers, dont il est extérieur, mais qui agit sur lui et se manifeste en permanence. Il est généralement décrit de manière humaine, comme une personne animée d'une volonté propre, qui aime, récompense, punit.
La religion chrétienne s'exprime de manière théiste : Dieu y est présenté comme un Etre céleste, qui apprécie les louanges, écoute les confessions, révèle sa volonté et appelle à une vie spirituelle en communion avec lui. »

(Wiki) « Le théisme (du grec theos, dieu) est un terme qui désigne toute croyance ou doctrine qui affirme l'existence d'un Dieu (ou de dieux) et son influence dans l'univers, tant dans sa création que dans son fonctionnement. Selon le théisme religieux, la relation de l'homme avec Dieu passe par des intermédiaires (la religion). Selon le théisme philosophique, Dieu régit l'univers directement. Le théisme est opposé à l'athéisme. Parmi les formes de théisme, on peut citer le panthéisme, le monothéisme et le polythéisme. »

 

Monothéisme / monothéiste

(Wiki) : « Un monothéisme (du grec μονός [monos], « seul, unique » et θεός [theos], « dieu ») est une doctrine religieuse ou philosophique qui affirme l'existence d'un seul Dieu[1] et la transcendance de ce Dieu, distinct du monde[2]. »

 

Mazdéisme, zoroastrisme

Le mazdéisme est une religion de l'ancienne Perse, appelée aussi zoroastrisme. Attestée depuis le 2ème millénaire avant notre ère, elle est l'une des plus anciennes religions.
Les tribus d'une région septentrionale de l'Asie (Aryens) dont elle est issue, se seraient séparées pour s'installer, l'une en Inde qui est à l'origine du védisme en accentuant le polythéisme, l'autre en Iran qui conduisit à l'Avesta, canon des Ecritures mazdéennes après les Révélations du Dieu Mazda au prophète Zarathoustra (Zoroastre).
Le mazdéisme se compose d'un univers hiérarchisé (animaux, hommes divinités), soumis à un souverain unique Ahura Mazda (Ormuzd, le Seigneur sage). Son évolution vers le monothéisme eu pour conséquence l'apparition d'un adversaire au dieu Mazda, Spenta Manyu (Esprit Cruel) aussi puissant que lui, en fit une religion dualiste où les bons vont au ciel et les mauvais en enfer. Ce dualisme ainsi que les prédications de Mani conduisirent le manichéisme, avant un retour au monothéisme où Spenta Manyu (Ahriman) fut subordonné à Mazda.
Quelques communautés d'Iran (Guèbres, plus de 10 000) et d'Inde, notamment à Bombay (Parsis, près de 200 000) pratiquent encore le mazdéisme.


Judaïsme

(DRMP) « Le judaïsme est une religion monothéiste fondée, selon la Bible, par Abraham et devenue celle de l'ancien Israël dont Dieu (Yahvé) aurait fait la Terre Promise. La Loi du judaïsme aurait été révélée à Moïse sur le Sinaï par Dieu qui aurait conclu avec le peuple juif une "alliance" engageant sa loyauté.
Les Israélites croient en l'immortalité de l'âme, au "Jugement Dernier" (où Dieu statue sur le sort de tous les hommes) et attendent la venue du Messie pour instaurer un royaume de paix, d'amour et de droit. Leur relation à Dieu est directe et personnelle. Les principales fêtes religieuses du judaïsme sont le Sabbat (repos sacré le dernier jour de la semaine), la Pâque (en mémoire de la sortie d'Egypte), le Yom Kippour, Rosh Haschana (nouvel an juif)...
Le judaïsme, dont la source est la Bible et en particulier la Torah (le Pentateuque), a été pratiqué sans interruption par les Juifs, en dépit de leur dispersion à travers le monde (Diaspora). Il fut le point de départ du christianisme, dont il se distingue par l'absence de hiérarchie cléricale, ainsi que de l'islam. Les rabbins sont les interprètes des textes et accomplissent les cérémonies religieuses, mais ils n'ont pas de fonction sacrée. Les Juifs sont aujourd'hui une quinzaine de millions dans le monde, essentiellement en Israël, aux Etats-Unis et en Europe. »

 

Christianisme / chrétien

(DRMP) « Le christianisme est une religion missionnaire à vocation universelle s'appuyant sur la reconnaissance dans Jésus de Nazareth, du Christ, c'est-à-dire du Messie annoncé par les prophètes de l'Ancien Testament. Issue du judaïsme, sa doctrine est basée sur l'immortalité de l'âme, la résurrection du corps, l'amour du prochain et le salut rendu possible par la crucifixion de Jésus. Le christianisme s'inspire de la Bible et surtout du Nouveau Testament relatant les enseignements de Jésus. Du 1er au IVe siècle, il se développe sur le pourtour méditerranéen avant de s'étendre à toute l'Europe après la conversion de l'empereur romain Constantin qui lui donne le statut de religion d'état.
Le schisme de 1054 voit la séparation définitive de l'Eglise orthodoxe de celle de Rome. La volonté de l'Eglise catholique d'aller libérer les Lieux saints engendra huit croisades entre 1096 à 1270.
Au XVIe siècle, la Réforme, conduit à un nouveau morcellement du christianisme. En réaction à la corruption et aux abus (Inquisition) de l'Eglise romaine, Martin Luther et Jean Calvin proposèrent une alternative plus proche de la Bible et de sa pratique donnant ainsi naissance à différentes Eglises dites réformées ou protestantes, dont les plus importantes sont la luthérienne et la calviniste. »

 

Islam

(DRMP) « L'Islam est la religion fondée par Mahomet (début du VIIe siècle). L'islam se veut à la fois religion, mode et système de gouvernement et règle de la vie quotidienne. Son fondement est le Coran, livre saint et parole de Dieu révélée à Mahomet, et la Sunna, enseignement et vie du prophète, qui contiennent des éléments de la tradition judéo-chrétienne.

Les cinq piliers de l'Islam sont :
1 - La profession de foi : croyance en Allah, dieu unique et créateur et en Mahomet, son prophète.
2 - La prière canonique, cinq fois par jour et à heure fixe.
3 - Le jeûne de 29 jours pour commémorer le mois du Ramadan au cours duquel fut révélé le Coran.
4 - L'aumône, devenu une «dîme» légale au profit des pauvres.
5 - Le pèlerinage à la Mecque (Hajj ou Hadj), au moins une fois dans sa vie.

Le croyant doit se référer au Coran, adhérer sincèrement à l'Islam, avoir une confiance absolue en Dieu, s'abandonner intégralement à lui et rechercher inlassablement la perfection de son comportement. La loi canonique de l'islam est contenu dans la charia.

L'islam ne se considère pas comme une religion nouvelle. En effet, elle rétablit la Révélation que Dieu avait jadis faite aux prophètes, notamment, le retour de Jésus (reconnu comme prophète) à la fin des temps et son rôle de sauveur au côté de Mohammed.
Il n'y a pas de prêtres, mais des oulémas jurisconsultes, et des imams qui dirigent la prière.

Certains des principes fondamentaux sur lesquels l'Etat islamique doit se référer, sont définis dans le Coran et la Sunna (la Djihad, "guerre sainte" en fait partie), mais sans qu'ils ne prescrivent une forme spéciale de gouvernement.

Les conquêtes arabes ont permis à l'islam de se répandre dans le monde entier. Aujourd'hui, un cinquième des musulmans est de langue arabe; la majorité réside en Indonésie, Pakistan, Inde, Bangladesh, Turquie, Iran, Egypte et Nigeria. Ils se répartissent en deux grands courants : le sunnisme (90%) et le chiisme (10%). »

 

Polythéisme / polythéiste

(DRMP) « Une religion polythéiste est une religion vénérant plusieurs dieux, réunis dans un panthéon, qui dirigent divers aspects du monde et de la vie. Les cultes égyptiens, grecs et romains sont les plus connus. »

 

Panthéisme / panthéiste

(DRMP) « Du grec pan, tous et theos dieux.
Le panthéisme est une doctrine philosophique et métaphysique qui identifie Dieu au monde, à l'univers, selon laquelle il existe dans tout, dans la nature même des choses et des êtres vivants. On dit alors que Dieu est immanent (contenu dans la nature d'un être) par opposition au Dieu transcendant (extérieur au monde) et personnel des grandes religions monothéistes.
On utilise couramment le terme "panthéisme" pour désigner un comportement ou un état d'esprit visant à diviniser la nature. Cette doctrine prend des formes religieuses en Inde et plus philosophiques en Occident avec les stoïciens et Plotin. Spinoza en a construit une théorie logique conduisant à un Dieu impersonnel : "Dieu, c'est-à-dire la nature".
Fichte, Schelling, Haeckel... étaient panthéistes. »

 

Laïcité

(DRMP) « Du grec laikos : peuple.
Dans le langage chrétien, un laïc était au Moyen Age un "baptisé" qui n’appartenait pas au clergé ; de nos jours, c’est une personne chargée de fonctions qui étaient autrefois dévolues au clergé, dans une institution catholique.
Dans la seconde moitié du XIXe siècle, sous la IIIe République, la laïcité est devenue une conception de l’organisation de la société visant à la neutralité réciproque des pouvoirs spirituels et religieux par rapport aux pouvoirs politiques, civils, administratifs. Le but était de lutter contre le cléricalisme, c’est-à-dire l’influence des clergés et des mouvements ou partis religieux sur les affaires publiques. La laïcité est aussi une éthique basée sur la liberté de conscience visant à l’épanouissement de l’homme en tant qu’individu et citoyen.
Concrètement, la laïcité est fondée sur le principe de séparation juridique des Eglises et de l’Etat (loi de 1905 en France), en particulier en matière d’enseignement.

Cette séparation a pour conséquence :

la garantie apportée par l’Etat de la liberté de conscience et du droit de d’exprimer ses convictions (droit de croire ou de ne pas croire, de changer de religion, d’assister ou pas aux cérémonies religieuses).

la neutralité de l’État en matière religieuse. Aucune religion n’est privilégiée; il n'y a pas de hiérarchie entre les croyances ou entre croyance et non-croyance.

La laïcité, en France, s’est mise progressivement en place pendant plus d’un siècle :

1789 : la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen institue la liberté religieuse "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses" (article X)

1791 : la Constitution établit la liberté des cultes et accorde des droits identiques aux religions présentes alors en France : catholique, judaïque et protestante.

1881-1882 : les Lois de Jules Ferry instituent l'école publique gratuite, laïque et obligatoire.

1905 : la Loi de séparation des Églises et de l'Etat : "La République ne reconnaît, ne finance ni ne subventionne aucun culte" (article 2). L’Alsace Moselle, du fait de son rattachement à l’Allemagne lors du vote de cette loi, bénéficie d’un statut dérogatoire, fondé sur le Concordat de 1801 signé par le Consul Napoléon Bonaparte.

1946 : le principe de laïcité est inscrit dans le Préambule de la Constitution.

1959 : la Loi Debré accorde des subventions aux écoles privées qui sont sous contrat avec l’Etat.

1989 : la Loi Jospin de 1989 précise, dans son article 10, que "dans les collèges et les lycées, les élèves disposent, dans le respect du pluralisme et du principe de neutralité, de la liberté d’information et de la liberté d’expression". Cette loi va provoquer l’apparition des foulards islamiques dans les établissements scolaires.

2004 : une loi réglementant le port des signes religieux à l’Ecole est mise en place pour résoudre les conflits liés au port du voile islamique. »