Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2010

Démarrer en douceur avec Chrome

Quelques conseils pour la prise en main de Chrome. En effet au début, on a un peu de mal à retrouver les petites habitudes qu’on avait prises sur Internet Explorer ou Firefox.


En effet Chrome, c’est la sobriété : l’espace réservé au « contenu » est maximale et par défaut les fonctions offertes sont minimales.  Pas de menu, pas de barre supplémentaire qui ne soit strictement utile. Chrome est un navigateur minimaliste ou les options sont peu nombreuses à modifier. Par contre il est ouvert à des tas d’extensions,  à travers une API, ce qui permet de les installer et les exécuter sans avoir à redémarrer.

 

 

Par défaut il n’y a que la barre des onglets et la barre de navigation. Tout ce qui plus compliqué passe par la clé à mollette : 

clémolette.png



 



Ce qu’il faut retenir pour démarrer en douceur


  • Importation des favoris

Le mieux c’est d’exporter vos favoris dans un fichier HTML depuis votre ancien navigateur, puis de les importer depuis Chrome :

clémolette.png

/ Gestionnaire de favoris/Organiser/Importer/importer mes favoris

 

  • Ajout de favoris : cliquer sur l'étoile à droite de la zone d’adresse 


  • Rechercher dans la page : Ctrl F

  • Raccourci vers les historiques de navigation : Clic droit sur les flèches  à  ß

  • Envoyer l’adresse d’une page par Mail, installer l’extension : https://chrome.google.com/extensions/detail/dbeoemfhkdnia...

  • Afficher la barre de favoris :

clémolette.png

/Outils/Toujours afficher la barre de favoris


  • Insérer un bouton Accueil  : 

clémolette.png/Options/Options de base/Afficher le bouton accueil …


 

Pour les extensions, voir Extensions Google Chrome

Bon je m’arrête là, sinon on va m’accuser de faire le jeu de « Big Browser[1] ».

A ce sujet lire l'article" du journal "Le Monde" du 2/12/2010 :
http://abonnes.lemonde.fr/technologies/article/2010/12/01...

Et la comparaison Google / Microsoft :
http://abonnes.lemonde.fr/technologies/infographie/2009/0... 





[1] Référence au personnage bien connu de « 1984 », de George Orwell,
1984 (roman) - Wikipédia


 

 

27/11/2010

Quel navigateur Web choisir ?

Un navigateur Web c'est ce que nous utilisons pour surfer sur le Web. C'est donc un élément essentiel de notre environnement informatique.

Internet explorer, Firefox, Chrome, lequel choisir sur PC ? (Sur Mac Safari s'impose.)

 

Les critères de choix sont principalement :

 

  • l'ergonomie
  • la rapidité
  • la légèreté (occupation mémoire)
  • le respect des standard
  • la qualité d'affichage

 

 

Les conseils de Marto :

  • Quitter au plus vite Internet Explorer : c'est un très mauvais produit qui ne respecte aucun standard et pose des tas de problèmes aux développeurs d'applications Web
  • Firefox qui m'avait bien plus plu au début est devenu (version 3.6) d'une lourdeur et d'une lenteur insupportables (110 Moctets de Ram dès l'ouverture d'iGoogle)
  • J'ai essayé Chrome et j'ai été séduit par sa rapidité, sa légèreté et sa simplicité. Je vous le recommande !

 

D'ailleurs l'évolution des parts de marché est éloquente :

  • chute libre d'Internet Explorer qui a longtemps dominé (parce qu'il était imposé par Microsoft avec Windows) et qui va passer sous la barre des 50 %
  • Firefox marque le pas et chute même un peu en France
  • Chrome démarre très fort et a pris 10 % en moins d'un an.

 

Bon, il faut se méfier de Google qui a tendance à remplacer Microsoft dans le rôle de "Big Brother".

Mais ses produits (Picasa, Google Apps, Gmail, Google Sites, Blogger, Feedburner) sont gratuits, simples, ouverts et bien conçus. De plus, il suffit de déclarer une adresse Gmail pour disposer d'un espace de développement et d'hébergement de plusieurs Gigaoctets.

C'est quand même plus en ligne avec le modèle initial d'Internet (gratuité et ouverture) que la politique de Microsoft, qui a toujours visé à verrouiller ses utilisateurs dans son monde propriétaire.

 

 

 

24/11/2010

Construire un site Web

Un site Web, c’est un ensemble de pages dans lesquelles on navigue grâce à des liens qui sont disponibles soit dans les pages soit dans des menus.

On arrive sur une page spéciale dite page d’accueil et dont l’adresse est importante puisque c’est l’adresse du site.

 

Choix des environnements

Moi j’ai choisi Google Sites pour raison de simplicité. Google Sites comporte les  environnements de développement, d’administration, de livraison, de déploiement. Et en plus tout est gratuit, y compris l’hébergement.

Les fonctions disponibles sont simples, mais de bon goût et faciles à mettre en œuvre :

  • Menu vertical en colonne à gauche ou à droite ou menu horizontal.
  • Disponibilité de nombreux modèles de sites déjà construits.
  • Disponibilité d’un modèle de page de type annonce (avec empilement des messages comme dans un blog).
  • Possibilité de revenir à n’importe quelle version des pages en cas de problème.
  • Possibilité de développement coopératif (en  groupe).
  • Disponibilité de beaucoup de « gadgets », développés et mis à disposition par une communauté de développeurs assez actifs.

 

Un autre intérêt de Google Sites c’est qu’il est bien intégré avec les autres outils Google :

  • Picasa Web pour insérer des diaporamas
  • Feedburner pour gérer les abonnements aux flux de votre site Web
  • Intégration facile de formulaires pour communiquer avec les utilisateurs de votre site.

 

Pour utiliser Google Sites, il suffit de disposer d’un compte Gmail.

 

Moi, je crée un nouveau compte pour chaque site que je crée, ce qui permet ensuite de disposer d’un environnement complet distinct pour chaque site incluant tous les éléments du site : photos, formulaires, documents et abonnements et qui permet ensuite de livrer le site avec un environnement de maintenance séparé.

 

Google Sites ne permet pas de tout faire, notamment en ce qui concerne l’image visuelle des sites. Mais pour des sites simples, c’est un outil que je recommande.

 

Les autres outils

Bien sûr, dans votre site, il vous faudra bien d’autres composants, notamment des images, des photos, des videos.

 

Pour les photos, j'utilise picasa et paint.net, pour les video : virtualdub et irfanview

 

Pour juger des résultats, vous pouvez visiter mes deux premières créations :

 

http://www.eglisevaugines.1s.fr/

http://vitalangotsculpteur.1s.fr/

 

 

Quelques liens utiles pour démarrer avec Google Sites

Créez votre propre site Web avec Google Sites

http://sites.google.com/site/astucesggsites/toutes-les-as...

Tutorial : http://wiki.perseide.fr/

 

 

 

 

06/09/2010

Bricolage sur catamaran

A Mamba


Comme je l’ai dit dans une précédente note, j’ai un catamaran, un KL 17 qui n’est plus de la première jeunesse. Et qui plus est, le KL 17 est une série limitée, je dirais même confidentielle donc les problèmes de maintenance et de pièces détachées s’avèrent ardus, surtout sur une petite île comme l’île d’Yeu.
Deux solutions : Internet pour la recherche de pièces détachées et le bricolage maison lorsque la pièce n’existe plus.
Voici les principaux bricolages que j’ai dû entreprendre pour garder mon KL 17 en état de marche.


CIMG6417.JPGPoignée de safran
Au cours d’une séance d’initiation au trapèze, Mamba a fait un jour le tour du KL en passant par l’arrière et au passage a cassé une poignée de safran. Pas de pièce disponible donc il m’a fallu être inventif. Une poignée de fenêtre collée à l’Araldite a vite fait l’affaire. Et quel style !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1020427.JPGBarre + stick
Il y a 2 ans, des vandales ont fait le cirque sur la plage et ont détruit la barre de mon KL 17 ! Impossible de retrouver une barre de KL et celles des Hobie sont trop différentes. D’où un bricolage en 2 temps :
 

 

1. Refaire une barre (impossible de trouver du tube alu dans la bonne section sur l’île d’Yeu, j’ai donc dû recycler un vieux mat de planche à voile pour enfant)

P1020429.JPG2. Refaire une fixation articulée stick-barre : les fixations cardans que j’ai achetées chez mon accastilleur préféré n’ont pas tenu la saison. J’ai donc fait appel à mon sens créatif et j’ai vite trouvé  une solution pratique et élégante : deux colliers, un bout de tuyau et kit raccord tuyau, merci Bosch et Gardena! Le résultat est un peu surprenant sur un cata mais s’avère à l’usage efficace et robuste.

Et en plus le stick est amovible !

 

 

P1000425.JPGEn fait à l'origine, j'avais même monté un stick telescopique fabriqué à l'aide de 2 tuteurs passés dans un bout de chambre à air .

 

 

 






CIMG6419.JPGSafran
Suite à un dessalage un peu mouvementé près du rocher Daniel, j’ai détruit un safran. Las, pas de safran disponible sur Internet, j’ai donc pris du contreplaqué, scié, raboté, pncé + un petit coup de Gelcoat et le tour est joué.

 

 

 

 

 

 




CIMG6420.JPGBouchons
J’ai longtemps cherché des bouchons de flotteur cassés ou perdus et encore une fois j’ai dû renoncer (pas le bon diamètre ou pas le bon pas de vis). Des couvercles de kits de réparation résine se sont finalement révélés à la bonne dimension.

30/08/2010

Construire un mur en pierres sèches

Dans le fond de notre jardin, au Marais Salé (l'île d'Yeu), il y avait un no mans land constitué d'une butte en pierres provenant probablement d'un ancien mur en pierres sèches, de quatre énormes souches de cupressus que j'avais abattus il y a cinq ou six ans et d'un chaos d'une dizaine de lauriers et d'ormeaux plusieurs fois coupés et répoussés.

 

Voilà en gros à quoi cela ressemblait :

CIMG5261.JPGCIMG5263.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Impossible bien sûr d'entretenir cette jungle où prospéraient les ronces et les rejets d'ormeaux et de lauriers.

En septembre dernier, j'ai abattu les lauriers et les ormeaux. J'avais l'intention de brûler les souches, notamment les ouches de cupressus. J'ai cherché longtemps le produit miracle. Cet hiver, je pensais l'avoir touvé : Elimin'souches acheté chez Shopix.

elimin_souches.jpg

Descriptif

Elimin'souches

Destructeur de souches
très efficace. Il active aussi la décomposition des végétaux.

Vous appliquez, vous faites brûler et vous oubliez…

Informations techniques

Elimin'souches

Mode d'emploi :
- creuser dans la surface de la souche environ 4 à 7 trous.
- creuser également des trous de 8 cm de profondeur latéralement tout au tour du tronc de façon oblique en faisant un angle de 30° vers le bas.
- mélanger ensuite la poudre avec un peu d'eau et verser celle-ci dans les trous.
- quand l'eau s'évapore, verser du pétrole dans les trous et y mettre le feu
En suivant ce procédé, la souche se retrouve alors réduite en cendres.

Contient du nitrate de soude.
Poids : 250 g

 

CIMG5266.JPG

Grosse déception pour ne pas dire arnaque complète : après avoir perçé de nombreux trous dans les souches (pas si simple !) et versé le produit miracle + une quantité non négligeable de pétrole, les souches de cupressus n'ont brûlé que très superficiellement. Impossible donc de les éliminer par combustion.

Plusieurs autres interventions de "spécialistes" se sont révélées tout aussi inéfiicaces :

- construire un four en pierre et tenter pendant plusieurs jours de "rôtir" les souches (merci Fred, Raf, Seb et Thomas)

- verser du lait pour accélérer le pourrissement des souches (merci Jacques pour cette recette de nos grand'mères, mais qui n'a pas donné plus de succès, du fait sans doute du fait de mon incroyance massive).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En désespoir de cause, je me suis adressé à un spécialiste du désouchage, qui en deux jours, à l'aide d'une mini-pelle m'a débarrassé des maudites souches et dégagé le restant des pierres de la butte.

 

 

J'ai donc pu reprendre la contruction du mur. J'ai pris exemple sur un mur bornant le jardin côté Sud.

CIMG6437.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Constuire un mur de pierres sèches, c'est d'abord transporter des pierres, beaucoup de pierres, les trier, les ranger, puis les placer astucieusement afin qu'elles s'empilent en équilibre stable. Il faut bien sur au préalabale avoir creusé des fondations.

 

CIMG5256.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les dimensions du mur :
- longueur du mur : 15 m
- fondations : 15 à 20 cm
- épaisseur du mur : 50 cm
- hauteur du mur sans chaoeau : 50 cm
- hauteur du mur avec chapeau :80 cm à 1m

 

Et voici le résultat :

 

CIMG6459.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6454.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6445.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6446.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6426.JPG