Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2013

L'atelier Corduant, conception, création, sculpture

Voici un lieu intéressant à visiter : un lieu virtuel, certes, puisque c'est un site Web, mais un lieu fort intéressant, où l'on peut faire des rencontres singulières entre sculpture classique et sculpture animalière, entre décors de théâtre et décors de cinéma.

Où l'on peut aussi mieux comprendre comment les formes surgissent de la matière, quelles sont les savoir-faire pour modeler, mouler, sculpter des objets de toutes dimensions.

Quelles sont aussi les matières, de la terre au bronze en passant par le staff, le plâtre, mais aussi le polystyrène et la résine.

De ma rencontre avec Benoît Corduant est né ce site web que je vous invite à parcourir et à faire visiter :

http://ateliercorduant.fr/

 

Et si le coeur vous en dit, pourquoi ne pas commander un lion monumental, un dinosaure, ou bien votre buste ou bien encore un chapiteau ionique ou un coussin d'armoirie ?

17/11/2011

Les chocards du Parmelan

Parmelan, Massif de Glières, La Blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah le Parmelan,  c'est mon Solutré. C'est magnifique, c'est grandiose. 

Mais cela se mérite. il faut aller le chercher.

Lorsque l'on parcourt la route d'Annecy à Thones, on voit apparaitre sur la gauche une impressionnante Balme, la Balme de Thuy. C'est le contrefort du massif des Glières, haut lieu de la résistance à l'occupant nazi.

Perdu au bout de la vallée de Dingy-St-Clair, on l'aperçoit peu à peu surgir et grandir jusqu'au point de départ, au fond de la combe de la Blonière.

Parmelan, Massif des Glières, La Blonière

Parmelan, Massif de Glières, La Blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

La vallée vers les dents de Lanfon est encore dans les nuages, mais ici, l'atmosphère est légère.

  

parmelan,massif des glières,la blonière

J'y accède de préférence par le Grand Montoir, un peu aérien, mais bien équipé

 

              parmelan,massif des glières,la blonière

 

 

 

 

 

 

 

Parmelan, Massif des Glières, La Blonière

Parmelan, Massif des Glières, La Blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

On arrive bientôt en haut du Grand Montoir et là c'est l'émerveillement

parmelan,massif des glières,la blonière

parmelan,massif des glières,la blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

Un panorama à 360° : Les Alpes (et bien sur le Mont Blanc), le massif des Bornes, 2 petits bouts du lac d'Annecy

parmelan,massif des glières,la blonière

parmelan,massif des glières,la blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

parmelan,massif des glières,la blonière

parmelan,massif des glières,la blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

une vue magnifique sur le plateau des Glières

parmelan,massif des glières,la blonière

parmelan,massif des glières,la blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

parmelan,massif des glières,la blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et les chocards !

parmelan,massif des glières,la blonière

parmelan,massif des glières,la blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

les chocards à bec jaune [Pyrrhocorax graculus] de la tête du Parmelan.

parmelan,massif des glières,la blonière

parmelan,massif des glières,la blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils sont toujours là ; ils s'élancent, se laissent tomber le long de de la falaise ou bien viennent quasiment manger les miettes de pain dans votre main.

parmelan,massif des glières,la blonière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut rester des heures, on ne se lasse pas d'observer leur vol acrobatique, symbole d'une liberté exceptionnelle.

Le Parmelan, je vous conseille de le parcourir au moins une fois par an. Cela remet les idées en place !

 

Pour en savoir plus : 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chocard_%C3%A0_bec_jaune

http://fr.wikipedia.org/wiki/Plateau_des_Gli%C3%A8res

 

 

05/12/2010

Video extrême : fichtre, j'en ai au moins pour un an !

A Marie, Raf, Seb et Toto

 

Raphael ayant eu la bonne idée de faire de passionnantes videos de ses balades en Solex à l’aide de son téléphone portable, il s’est joint à ses frères et sœur pour m’offrir une caméra embarquée permettant de faire partager à mes proches les sensations extrêmes des sports engagés que je pratique …

Pour bien comprendre la suite, il faut décrire cette merveille de la technique video : un petit cylindre de 5cm de long, 1cm de diamètre qu’on est sensé fixer, sur son casque, sur ses lunettes ou bien sur le cadre de son engin préféré (VTT, bateau, moto, …). Mais toutes les prises de vue se font à l’aveugle (la seule aide au pointage est un pinceau laser qui permet, quand on appuie sur le bouton de la caméra, de repérer un point rouge sur la cible de la video. (pas forcément évident quand on est sur un vélo !)

 

Bilan de l’essai :

- 1ere galère pour accrocher la caméra à mon casque de VTT (de peur de la perdre au premier cahot).

- 2eme galère pour l’ajuster afin d’éviter de ne viser que le ciel ou que le sol.

- ensuite se lancer dans une balade à la hauteur (au moins 500 m de dénivelée) par un froid de canard

- balade largement gâchée par le souci constant de contrôler la caméra à l'aide d'un seul  bouton difficilement accessible une fois la caméra fixée sur le casque de VTT.

- obligation de porter le dit casque, ce que je fais rarement dans les montées

- gesticulation de la tête pour faire profiter tout un chacun des magnifiques panoramas qu’on a déjà du mal à regarder en temps normal sur un VTT.

- risque d’attraper un torticoli en redressant la nuque pour bien cadrer la future image.

 


Tout cela pour constater à l’arrivée :

- que la caméra était décalée de -90°, ce qui fait que la video est penchée sur le côté …

- que la bande son est inaudible ou sans beaucoup d’ intérêt

- que le cadrage est trop centré sur le chemin

- et qu’en plus les merveilleux instants de la randonnée paraissent  longs, longs, longs, et répétitifs …

 


Donc, une fois rentré après deux heures de randonnée, le plus dur restait à faire :

-éliminer les 9/10eme de la montée qui aurait découragé les plus enthousiastes

- redresser les videos (virtualdub + beaucoup de temps)

- trouver une bande son sans copyright et qui mette en valeur la video : j’ai choisi une bande action avec un côté un peu dramatique. Je l’a trouve très en ligne avec les cahots du chemin !

- mettre cette video  en boucle pour l’adapter à la durée de la video (merci Audacity) : cela donne un petit côté répétitif bien en ligne avec la montée d’abord puis avec les séquences de descentes qui s’enchainent interminablement …

- Et bien sûr fusionner la bande son avec la video redressée. (merci VirtualDubpro)

 En résumé, j’ai passé plus de temps devant mon PC que sur mon VTT : ça c’est du sport !

Et voilà le résultat :

Montée du col de Vaunière

 

Sur les crêtes du Grand Luberon

    

Descente dite du "Pin coupé" (par le GR) : c'est plus fun, mais attention : 12 mn !


 

Vous pouvez voir aussi ces superbissimes videos sur YouTube sous le nom MartoYeu (et oui, c'est moi).

Ah oui j’oubliais, il a fallu aussi :
- s’inscrire sous Youtube
- y charger les videos (long, long)
- rédiger cet article
- et publier le tout sur mon Blog.

 

 Vu les améliorations nécessaires pour  en faire quelque-chose d’agréable à visionner, j’en ai encore pour au moins un an !

 

06/09/2010

Bricolage sur catamaran

A Mamba


Comme je l’ai dit dans une précédente note, j’ai un catamaran, un KL 17 qui n’est plus de la première jeunesse. Et qui plus est, le KL 17 est une série limitée, je dirais même confidentielle donc les problèmes de maintenance et de pièces détachées s’avèrent ardus, surtout sur une petite île comme l’île d’Yeu.
Deux solutions : Internet pour la recherche de pièces détachées et le bricolage maison lorsque la pièce n’existe plus.
Voici les principaux bricolages que j’ai dû entreprendre pour garder mon KL 17 en état de marche.


CIMG6417.JPGPoignée de safran
Au cours d’une séance d’initiation au trapèze, Mamba a fait un jour le tour du KL en passant par l’arrière et au passage a cassé une poignée de safran. Pas de pièce disponible donc il m’a fallu être inventif. Une poignée de fenêtre collée à l’Araldite a vite fait l’affaire. Et quel style !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1020427.JPGBarre + stick
Il y a 2 ans, des vandales ont fait le cirque sur la plage et ont détruit la barre de mon KL 17 ! Impossible de retrouver une barre de KL et celles des Hobie sont trop différentes. D’où un bricolage en 2 temps :
 

 

1. Refaire une barre (impossible de trouver du tube alu dans la bonne section sur l’île d’Yeu, j’ai donc dû recycler un vieux mat de planche à voile pour enfant)

P1020429.JPG2. Refaire une fixation articulée stick-barre : les fixations cardans que j’ai achetées chez mon accastilleur préféré n’ont pas tenu la saison. J’ai donc fait appel à mon sens créatif et j’ai vite trouvé  une solution pratique et élégante : deux colliers, un bout de tuyau et kit raccord tuyau, merci Bosch et Gardena! Le résultat est un peu surprenant sur un cata mais s’avère à l’usage efficace et robuste.

Et en plus le stick est amovible !

 

 

P1000425.JPGEn fait à l'origine, j'avais même monté un stick telescopique fabriqué à l'aide de 2 tuteurs passés dans un bout de chambre à air .

 

 

 






CIMG6419.JPGSafran
Suite à un dessalage un peu mouvementé près du rocher Daniel, j’ai détruit un safran. Las, pas de safran disponible sur Internet, j’ai donc pris du contreplaqué, scié, raboté, pncé + un petit coup de Gelcoat et le tour est joué.

 

 

 

 

 

 




CIMG6420.JPGBouchons
J’ai longtemps cherché des bouchons de flotteur cassés ou perdus et encore une fois j’ai dû renoncer (pas le bon diamètre ou pas le bon pas de vis). Des couvercles de kits de réparation résine se sont finalement révélés à la bonne dimension.

21/08/2010

Le tour de l'île d'Yeu en Catamaran en solo

 

Hier le vent se prêtait bien à un tour de l'île. L'île étant orientée Nord-Ouest Sud-Est, les meilleurs vents pour le tour de l'île sont soit Sud-Ouest, soit Nord-Est.

 

42563363_p.jpg

 

Donc un petit vent de Ouest-Sud-Ouest, force 2+ m'incite à tenter l'aventure. Dans quel sens ? Etant donné le vent et les courants, j'ai préféré le sens des aiguilles d'une montre, (portant jusqu'au Corbeau, un grand bord au près puis au travers sur la côte sauvage, passage de la pointe du But au portant, puis grand largue et travers depuis les Grands Champs jusqu'au Marais Salé).


 

Départ : Le Marais Salé, il est 15 h 30. Je pars en solo, avec un appareil photo et une ligne de traine ...

 

CIMG6167.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit vent, ciel nuageux

CIMG6169.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On passe devant les cabanes de pêcheurs du Marais Salé.

CIMG6174.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On longe les Conches et les bouées de l'élevage de moules

CIMG6180.JPGCIMG6189.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On aperçoit bientôt la balise des Corbeaux

CIMG6201.JPGCIMG6204.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

que je passe à 15 h 47, ainsi que la pointe de l'île le phare et le port des Corbeaux

CIMG6205.JPGCIMG6207.JPG

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6211.JPGCIMG6210.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici la côte sauvage, que je commence à longer au près sérré

CIMG6213.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite pose pour remonter un maquereau

CIMG6216.JPG


 

 

 

 

 

On passe les plages de Vieilles et des Sauts puis la pointe de la Tranche, il est 16 h 47

 

CIMG6221.JPG

CIMG6220.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6226.JPGCIMG6231.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On aperçoit bientôt la chapelle de La Meule et puis l'entrée du port

CIMG6234.JPGCIMG6241.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochaine étape : la pointe du Chatelet. Le vent est un peu mou et un petit clapot me font un peu trainer. Mais voici quand même le vieux chateau et la plage des Sabias ainsi que quelques magnifiques falaises.

CIMG6264.JPGCIMG6269.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6265.JPGCIMG6266.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je passe la pointe du Chatelet à 17 h 13 et voici au loin la balise des Chiens Perrins

CIMG6280.JPGCIMG6303.JPG



 


 

 

 

Sue la droite le Grand Phare et bientôt, la construction bizarre de la pointe du but

CIMG6299.JPGCIMG6309.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage de la bouée Ouest à 17 h 40

CIMG6319.JPGCIMG6330.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage entre les Grands et les Petits Champs : surprise un vieux gréments apparaît à l'horizon. Vite rattrapé, c'est le Belote et Ré des Sables d'Olonne. Magifique grément !

CIMG6338.JPGCIMG6346.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6352.JPGCIMG6356.JPGCIMG6358.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On accélère et voici bientôt Port Joinville qu'on passe à 18 h 05, et nouvelle surprise : le Belem est mouillé devant le Port

CIMG6371.JPG

CIMG6382.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 


CIMG6384.JPGCIMG6391.JPG


 

 

 

 

 

 

retour rapide verxs la Marais Salé, en laissant ç gauche la Sablaire et à droite l'école de voile et la plage des Sapins

CIMG6387.JPGCIMG6393.JPGCIMG6402.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée au Marais salé à 18 h 30, 3 heures pour boucler le tour par force 2, c'est quand même rapide un cata !

CIMG6408.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG6410.JPG

05/08/2010

Mon catamaran : le KL 17 Power

Bon, vous l’aviez sans doute compris, je suis parti en vacances, et mon Blog aussi. En fait je suis à l’île d’Yeu pour les trois mois d’été …


Trop occupé par mes passions telles que la voile, divers autres sports nautiques et par les aspects pratiques de la dure vie d’insulaire et de l’entretien d’une grande maison..


Mais, sur la suggestion de raf, je vais ouvrir quelques nouvelles rubriques plus en ligne avec mes activités d’été : « Le coin brico », « Voile », « Objets de vacances insolites »



IMG_7247.JPGUn de mes passe-temps favori, l’été, c’est le catamaran. C’est un bon compromis entre les plaisirs de la voile et de la glisse. La planche, c’est bien, surtout quand on est dans les foot-straps, mais c’est assez technique et plutôt physique quand on sort par 15 à 25 nœuds de vent.


Surtout à l’île d’Yeu, où on est quand même en mer à 18 km de la côte de St Jean de Monts. De plus, sur la côte Nord-Est, il y a un courant de Nord Ouest de près de 2 nœuds en direction de la pointe des Corbeaux. Comme le vent dominant en été est aussi de Nord Ouest, on galère souvent à tenter de se maintenir au niveau de la plage du Marais Salé.


IMG_7384.JPGLe cata permet plus de liberté, c’est peut-être la même différence qu’entre le delta et le parapente. Faire le tour de l’île d’Yeu en cata, c’est un vrai plaisir, alors qu’en planche cela relève de l’exploit.


Donc après une quinzaine d’années de planche, j’ai acheté un KL 17 d’occasion sur l’île.


Qui est à l’origine du KL 17 ?

Surnommé "Monsieur Catamaran", médaillé d'or aux J.O de Barcelone en 1992, Yves Loday est un architecte prolifique et innovateur. Son palmares comme architecte est aussi éloquent que ses victoires en compétition.

Depuis 1996, il a créé de nombreux catamarans et dériveurs dont le KL17, le KL 15.5 (classe nationale pour les jeunes), le Hawk F18, le Dart 16, le Laser eps, la Goélette Mercator, leFunboat et une vingtaine d'autres modèles.


IMG_7249.JPGMais bien sûr, le KL 17 est une série limitée, je dirais même confidentielle et les problèmes de maintenance et de pièce détachée s’avèrent ardus, surtout sur une petite île comme l’île d’Yeu.


Deux solutions : Internet pour la recherche de pièces détachées et le bricolage maison lorsque la pièce n’existe plus.


Depuis l’acquisition, voici les principales interventions que j’ai du faire :

Le trampoline

Les haubans

La grand voile

Le foc

Les coques